Navigation – Plan du site
Articles

Qu'est-ce qu'épitomiser ? Étude des pratiques dans la Syllogé zoologique byzantine

What does mean "epitomize" ? Study of the practices of epitomization in the Byzantine Zoological Syllogé
Arnaud Zucker

Résumés

La Syllogé zoologique (dite de Constantin VII) est un texte complexe comportant en particulier deux ensembles identifiés comme des épitomai : l'Epitomé d'Aristophane de Byzance (du corpus zoologique d'Aristote), base de la Syllogé ; et un épitomé de la Personnalité des animaux d'Élien, dont de nombreux pans sont conservés. L'étude de ces deux ensembles, et l'analyse précise de leur fabrication hypertextuelle conduit à une remise en cause de la consistance générique de « l'épitomé ». L'épitomé d'Élien se présente comme une version abrégée mais quasi littérale du texte original, tandis que l'Epitomé d'Aristophane est une œuvre composite et le produit de pratiques multiples : dans certaines parties le rapport hypertextuel est comparable à celui de l'épitomé d'Élien, mais le plus souvent le texte, scientifiquement plus riche et stylistiquement original, dépasse ce qu'on entend par « épitomé » et ce qu'on peut attendre d'un abrégé. L'ouvrage d'Aristophane atteste de remaniements importants et précoces, imputables à l'école péripatéticienne, de la somme zoologique léguée par Aristote ; il suggère une systématisation des données aristotéliciennes et une orientation pédagogique et pratique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’objectif de cet article est à la fois technique et théorique. Il est de comprendre le mode de construction et de production de cette œuvre particulière, en étudiant en particulier les opérations de récriture des sources, et, d’autre part, d'évaluer la consistance générique de ce que les Grecs nomment ἐπιτομή. Cette œuvre, que nous nommerons désormais Syllogé, se prête bien à cette exploration, car elle offre une grande diversité de formules hypertextuelles. Il convient, pour son étude, de distinguer d’emblée, au moins théoriquement, deux niveaux : l’éditorial et le littéraire. Du point de vue éditorial il s’agit d’une compilation de textes divers ; du point de vue littéraire, les pièces de cet ensemble relèvent toutes d’une forme de récriture, mais les modalités de cette récriture ne sont pas homogènes : certains textes originaux sont partiellement reproduits à l’identique, tandis que d’autres textes sources sont condensés ou réorganisés de manière plus ou moins complexe. C’est cette seconde catégorie qui retiendra mon attention.

1. La Syllogé zoologique

1.1 Les titres de l’ouvrage

  • 1  [P, fol. 6r] Συλλογὴ τῆς περὶ ζῴων ἱστορίας, χερσαίων πτηνῶν τε καὶ θαλαττίων, Κωνσταντίνῳ τῷ μεγά (...)
  • 2  Notons cependant que les 53 volumes ou sections de l’encyclopédie morale (Lemerle, 1971 : 280) con (...)
  • 3  Celui-ci se signale par trois caractéristiques fondamentales : compilation littérale, organisation (...)

2La qualification générique de la Syllogé est multiple et ne peut être réglée a priori. Elle a en effet un triple statut officiel puisqu’elle est désignée dans les manuscrits par les termes de συλλογή (titre dans le codex P), d’ἐπιτομή (titre dans le codex P), et de συναγωγή (pinax du livre II dans le mss D)1. À ces trois appellations, dont aucune ne désigne dans la littérature ancienne un type uniforme et identifiable de composition ou de rédaction, tant du point de vue littéraire qu’éditorial, on peut en ajouter deux autres : celle d’ἐκλογή, et celle, moderne, d’encyclopédie. La première s’impose puisque la Syllogé est majoritairement constituée d’extraits dont on peut vérifier le caractère intègre et littéral quand on dispose de l’original, et que le terme correspond exactement, au pluriel (ἐκλογαί), à l’intitulé moderne de « morceaux choisis » ; les ajouts à l’Epitomé d’Aristophane de Byzance (ὑποτεθέντων […] καὶ τῶν Αἰλιανῷ καὶ Τιμοθέῳ καὶ ἑτέροις τισὶ […] εἰρημένων) sont essentiellement des extraits. La seconde qualification (encyclopédie) est discutable ; deux raisons la justifient — et il est possible qu’il en existe au moins autant pour la rejeter. La première est historique : l’œuvre est couramment annexée au vaste projet qualifié d’encyclopédique et attribué à l’empereur (Dain, 1953 ; Lemerle, 1971 : 267-300) de Constantin VII (905-959)2 ; les pièces de cet ensemble sont connues sous le nom d’Excerpta (= ἐκλογαί) ou de Collectanea. La seconde est typologique : l’œuvre — dont il faut rappeler qu’elle n’existe qu’à l’état fragmentaire (sans doute moins de la moitié du texte original complet) — correspond, par son ambition syncrétique et généraliste et son travail compilatoire, à ce qui est identifié comme le régime encyclopédique médiéval3.

  • 4  Ce programme est défini par un préambule, transmis dans le De legationibus et le De virtutibus et (...)

3Les deux termes συναγωγή et συλλογή ne sont sans doute pas strictement équivalents. Toujours est-il qu’ils signifient clairement que le texte emprunte à des sources multiples et qu’il constitue un travail d’édition, à la différence de l’ἐπιτομή qui indigne qu’il existe un texte (ou une œuvre) source, et désigne un certain type de récriture (principalement caractérisé par l’abréviation). Le mot συλλογή a pour synonyme dans les lexiques ἔρανος, dont le sens renvoie à un regroupement, ou une anthologie. Alors que la συναγωγή signale une opération (rassembler), la συλλογή pourrait renvoyer dans le titre à une réalité éditoriale et au résultat de cette opération : un assemblage de discours. La Syllogé zoologique mérite bien son appellation, puisqu'elle est un recueil de discours variés, et elle correspond au programme des Excerpta4.

1.2. Structure générale de l’œuvre

  • 5  Voir les remarques complémentaires dans l’éditorial du numéro.
  • 6  Si l’on en croit S. Lambros (1885 : 266-272), les trois principaux traités d’Aristote seraient com (...)
  • 7  Deux passages de la Syllogé seulement sont adespota : B 193-197 (sur les chiens), et B 588-609 (su (...)

4La Syllogé constitue une œuvre à étages, un feuilleté textuel qu’il serait trop long de présenter précisément, et dont je me bornerai à donner les informations nécessaires à la compréhension5. Il se compose de deux livres (A et B dans l’édition Lambros), mais l’original complet en comportait quatre. La base de la Syllogé est formée par une œuvre du grammairien érudit Aristophane de Byzance (iiie av.), qui reprend la substance du corpus biologique d’Aristote, et principalement de l’Histoire des Animaux6. À ce socle sont venues s’ajouter, à partir du livre B, plusieurs couches de textes divers, dans une stratification régulière. Les sources premières, généralement nommées dans le texte7, sont exploitées de façon inégale, et n’apparaissent parfois que dans une poignée de chapitres. Leur ordre d’apparition, scrupuleusement respecté dans les différents chapitres au long de l’ouvrage, est le suivant : Aristote (381-322), Aristophane (257-180 av. J.-C.), Agatharchide (iie  s. av.), Élien (170-235 ap.), Timothée (né vers 460 ap.), Ctésias (ve- ive s. av.), Basile (330-379), Ps. Aristote (Mirabilia), Philostorge (ive- ve s. ap.).

5La série n’est pas simplement chronologique, et trois auteurs sont distingués, à la fois par le volume qu’ils représentent et par leur mention dans le titre : Aristophane, Élien, Timothée ; Aristote constitue un cas à part, puisqu’il est la source d’Aristophane mais ne figure pas, à la différence des autres auteurs, à travers des extraits suivis. La Syllogé est donc fondamentalement un produit dérivé de l’œuvre d’Aristote, qui en est l’autorité première et l’auteur majeur ; mais son œuvre n’y apparaît qu’au second degré, sous la forme de remaniements divers et successifs.

6Aristophane constitue la base, définissant pour l’ensemble le plan, le projet et le chapitrage ; Élien et Timothée apportent des compléments réguliers distribués dans les chapitres ; les Mirabilia du Ps.-Aristote et l’Hexaéméron de Basile fournissent des suppléments fréquents ; Sur la mer rouge d’Agatharchide, l’Histoire de l’Inde de Ctésias et l’Histoire ecclésiastique de Philostorge (ainsi que deux passages anonymes) apparaissant comme des ajouts occasionnels.

  • 8  Les deux adespota sont attribués par Lambros (1885 : XII), sans aucune raison valable, à Timothée.

7Le texte de la Syllogé (52 860 mots) se répartit ainsi par auteur source en nombre de mots : Élien (22 557), Aristophane (16 814), Timothée (6 846), Agatharchide (3 482), Basile (857), adespoton sur les chevaux (851), Ps.-Aristote (747), Ctésias (411), Philostorge (183), adespoton sur les chiens (112)8. Voici un tableau, en pourcentage, du volume textuel relatif des différents contributeurs :

8La composition des deux livres de l’Epitomé est apparente dans notre texte mais pas évidemment reconnaissable, puisqu’elle semble se confondre avec celle de la Syllogé elle-même. En fait, cette confusion est plutôt une assimilation et la Syllogé n’a pas de structure propre, distincte de l’ouvrage aristophanien qu’elle parasite, en lui imposant des excroissances tardives, à partir de chaque chapitre ou de chaque section. Toutes les indications du texte concernant la structure de l’ouvrage (1) correspondent au plan effectivement suivi, (2) sont cohérentes les unes avec les autres, (3) peuvent être d’une même main, (4) interviennent dans les sections d’origine aristophanienne.

  • 9  Nous savons, par Aristophane, que son ouvrage ne traitait pas de la troisième catégorie d’animaux, (...)

9Le plan d’ensemble de l’Epitomé d’Aristophane, et pour lequel nous ne pouvons détailler le dispositif des deux derniers livres, qui sont perdus, est le suivant9 :

  • LIVRE A : Terminologie. Reproduction. Singularités

  • 1. Terminologie classificatoire (1-27)

  • 2. La reproduction (27-97)

  • 2.1. La conception animale (27-97)

  • 2.2. La génération (54-97)

  • L’enquête, les caractères particuliers (97-154)

  • LIVRE B (& CD) : Fiches zoologiques individuelles. (a) Vivipares : homme, fissipèdes, bifurqués, solipèdes.

  • 1. Fissipèdes (1-443)

  • Homme (1-67)

  • Eléphant (68-132)…

  • 2. Bifurqués (444-572)

  • 3. Solipèdes (573-625)

    • 10  Les deux livres, évoqués au cours du texte (A23, 31, 33, 42), sont perdus.

    LIVRE C & D : (b) Ovipares10

1.3. Les acteurs théoriques et les pratiques générales

10Par le terme d’acteur nous entendons tous les intervenants qui, de manière directe ou indirecte, contribuent à la composition de l’ouvrage, exception faite des auteurs primaires. On peut distinguer pour la Syllogé trois types d’acteurs théoriques : les excerpteurs, les épitomateurs, le syllogiste. Cette catégorisation repose sur une distinction cardinale, admise provisoirement, entre deux opérations de récriture dont l’une apparaît comme une sélection d’extraits (ἐκλογή), et l’autre comme un abrégement (ἐπιτομή). La différence entre les deux est parfois apparemment très claire, comme dans le traitement de l’œuvre d’Élien dans la Syllogé. Pour chaque chapitre animalier, le texte propose, en effet, successivement une série d’extraits littéraux de la Personnalité des animaux, correspondant presque toujours à des chapitres entiers de l’original (série II), et une série de résumés élaborés à partir d’autres chapitres de l’ouvrage d’Élien (série I). Il n’est pas possible de dire si chacune de ces actions correspond à un acteur réel distinct. Ainsi, on ne peut pas assurer que l’epitomator d’Élien, qui a certainement connaissance de l’anthologie composée par l’excerptor, puisqu’il complète toujours sans aucune redondance la sélection de l’excerptor, est humainement distinct de l’excerptor. Mais la question est secondaire et il importe surtout de mesurer le caractère composite et hétérogène de l’ouvrage.

  • 11  Elien reprend, en les paraphrasant, au moins huit chapitres d’Aristophane : A38 > NA, 4.9 ; A110-1 (...)

11Les auteurs impliqués dans l’ouvrage sont eux-mêmes souvent des manipulateurs textuels avérés : Aristophane est à la fois un auteur (de l’Épitomé) et un épitomateur puisqu’il abrège Aristote ; Élien est, lui aussi auteur, et épitomateur, puisqu’il récrit de nombreux auteurs, y compris… Aristophane lui-même, si bien que la Syllogé comporte des épitomés de chapitres d’Élien qui retraitaient l’Epitomé d’Aristophane ! Le retraitement en question relève d’un troisième type, puisqu’il s’agit pour le coup d’un genre de paraphrase ou de variation. On obtient donc pour certains texte une sorte de chaîne en accordéon : Aristote (txt1) épitomisé dans Aristophane (txt2), amplifié par Élien (txt3), épitomisé par l’epitomator d’Élien (txt4)11. Pour les autres auteurs, la situation est plus délicate et ne permet pas aussi bien de déterminer le statut des pièces. Néanmoins on peut dire que les passages empruntés au Pseudo-Aristote et à Philostorge sont certainement des extraits relevant d’un travail d’excerptio, et que les passages empruntés à Agatharchide et à Timothée, pour des raisons stylistiques et philologiques, le sont très probablement. La confrontation de trois recensions parallèles d'un passage agatharchidien (Diodore, Photios, Syllogé : voir Annexe III), et le tableau synoptique de la section représentée dans la Syllogé sur les habitants de la mer Rouge (Strabon, Diodore, Photios, Syllogé : voir Annexe IV) suggèrent l'existence de deux versions officielles du texte, dont l'une est reproduite par Photios et la Syllogé.

12Le dernier acteur est le syllogiste, ce nom étant donné à l’éditeur du texte, probablement aussi auteur de l’adresse dédicatoire. Son travail a consisté à rassembler des textes et s’il est intervenu littérairement dans les pièces rapportées, il s’agit sans doute de modifications minimales.

2. L’épitomé

2.1. Un mode d’abrégement non générique

  • 12  Les recherches sur la récriture sont devenues classiques : les travaux de G. Genette, dans les ann (...)
  • 13  « Die Grenzen zwischen wortgetreuer Übersetzung, freierer Wiedergabe, Paraphrase (Referat), Bearbe (...)

13Si l’on suit les indications des dictionnaires et les analyses critiques menées sur ces deux termes (ἐκλογή et ἐπιτομή), la première consiste à reproduire dans un autre contexte éditorial une portion de texte (choisie) déjà éditée ailleurs, tandis que la seconde consiste en une reformulation abrégeante d’un texte ou d’un fragment de texte déjà édité ailleurs. Il y aurait deux actions ou opérations distinctes assurées par l’excerptor et l’epitomator (voir récemment Umberto, 2009)12. Mais comment se traduit, littérairement, cette distinction ? Il n’existe en vérité aucune définition précise de l’épitomé antique, qui ne semble jamais avoir existé comme genre, et l’on constate un décalage entre la fermeté théorique (idéale) et la fluidité pratique des opérations en question13. L’absence de définition de l’épitomé antique vient peut-être, en partie, de la tendance commune à considérer de manière à la fois dépréciative et approximative les opérations de retraitement textuel : « les résumés, les morceaux choisis, les paraphrases ont une tendance à se substituer au texte authentique. Comme on dit, la mauvaise monnaie chasse la bonne. » (Dain, 1953 : 73, cité par Odorico, 1990 : 5). Mais elle est peut-être aussi un aveu d’impuissance, et un des enjeux de ce travail est précisément de montrer l’inconsistance générique de l’épitomé.

  • 14  C’est le cas du titre du fragment de Philostorge apud Photium (ed. Winkelmann & Bidez, 1981), dont (...)

14L’étude des occurrences du mot en contexte dans le domaine grec, et celle des autres termes liés (ὑπομνήματα, ἔρανος, εἰσαγωγή…) montre que l'épitomé ne renvoie pas à une formule particulière de lecture, de rédaction, de composition ou, de manière générale, de récriture, mais strictement à un produit littéraire qui présente pour caractéristique principale et peut-être unique d’être quantitativement plus courte que l’œuvre qu’il signale comme son modèle. Stylistiquement, méthodiquement, les epitomai ne constituent pas une catégorie homogène. En vérité, ce terme ne désigne donc pas une « opération » mais un « produit » que l’on peut appeler simplement « version courte ». L’auteur s’engage uniquement à réduire. L’objectif principal des epitomai est, en effet, souvent explicitement, d’offrir la réédition d’un texte dans un format abrégé (économique), constituant une sorte de « reader’s digest ». La construction du terme est ambiguë, puisqu'il est tantôt suivi d'un génitif, — ce que l'on peut considérer comme la construction naturelle grammaticalement et logiquement (pour un avatar littéraire) — tantôt de la préposition ἐκ + génitif (comme pour l'ἐκλογή)14.

15Peuvent s’ajouter des contraintes particulières, ou bien l’auteur peut se fixer un programme plus strict. Mais ce n’est pas une nécessité du genre. Ainsi l’épitomé d’Aristophane de Byzance, comme on va le voir, est complexe, et présente un remaniement important de l’œuvre de base ; mais l’epitomator d’Élien ne produit pas un texte aussi complexe ; et l’epitomator de Denys d’Halicarnasse ou celui d’Athénée sont encore plus proches d’une simple juxtaposition d’extraits suivis. Comme on le voit dans les deux échantillons donnés en Annexe (I et II) l’épitomé peut correspondre à une rhapsodie de citations tout à fait littérales et n’engager aucun remaniement stylistique. Les Epitomai ne sont donc pas des « synthèses » ou des « résumés ». Ce qui correspond à cet exercice scolaire moderne serait donc davantage, mais avec un usage limité, l’ὑπόθεσις, « l’argument » des pièces de théâtre ou le synopsis d’une œuvre. L’epitomé est une version abrégée obtenue par redécoupage et suppression massive mais conservation de la littéralité originale presque dans tous les cas. Il s’agit moins d’une contrainte que d’un mode opératoire, qui consiste à relever ou souligner les données importantes dans un tissu d’informations. Ni condensé, ni résumé mais abrégement, l’épitomé peut aussi assumer une tâche de recomposition ou de redistribution des données ; il s’agit en ce cas d’une étape d’élaboration secondaire. Dans l’Epitomé d’Aristophane de Byzance il y a à la fois prélèvement et redistribution, deux manipulations distinctes qui peuvent être accomplies par un homme ou par deux opérateurs.

16Nous ne disposons pas de tous les textes originaux desquels subsiste un épitomé, et la confrontation ne peut être que générale et indicative. Mais deux aspects déterminants sont susceptibles de distinguer « extrait » et « abrégé » : le style et l’organisation, la lettre et la composition. On peut schématiser ainsi les régimes de l’épitomé. Dans son régime zéro, l’épitomé est un collage d’extraits, et ne se distingue pas d’une série d’eklogai : les deux ensembles se signalent par le fait qu’ils réduisent l’original en sélectionnant des morceaux de textes. Il est probable qu’une bonne partie des notices de Photios soit de cet ordre (voir infra). Dans son régime A l’epitomé propose une version réduite et partiellement reformulée de l’original ; dans son régime B, elle propose une version réduite et plus ou moins réorganisée de l’original ; le régime AB combinant reformulation (stylistique) et réorganisation (structurelle) est une formule riche et hypothétique, susceptible de se donner pour une œuvre autonome.

  • 15  Voir L. D. Reynolds et N. G. Wilson, 22-23, qui citent un bon nombre d’abrégés historiques de l’ép (...)

17Comme la qualification d’epitomé pour un texte est souvent le fait de la critique ou de lecteurs, on ne peut définir un corpus et affiner une typologie pour cette sorte de littérature au second degré. Mais il est clair que la conservation littérale du texte (qui peut être jugée positivement ou négativement), n’est pas un critère distinctif ou crucial pour caractériser l’eklogè par rapport à l’epitomé. Il est même probable que la conservation littérale du texte épitomisé est plutôt souhaitable et appréciée positivement par les acteurs littéraires (auteurs et lecteurs), et que la reformulation est seulement un recours et une option secondaire lorsque les prélèvements ne donnent pas de la cohérence au texte de l’epitomé. Pour un excerptor comme pour un epitomator, l’enjeu est essentiellement quantitatif et l’attention porte principalement sur la production d’une version abrégée, destinée à augmenter le lectorat d’une œuvre en la réduisant à un format plus abordable15.

  • 16  Le prologue constantinien déclare que les Excerpta doivent respecter la suite de l’original (ἡ τοῦ (...)

18D’autre part, si l’on reprend les caractéristiques générales de l’excerptio, avancées par Umberto (2009 : 78-82) à partir de l’étude des Excerpta constantiniens, il apparaît que les libertés de l’excerptor correspondent exactement aux aménagements du plus « original » des epitomator : respect du texte original dans sa forme linguistique, avec légères adaptations (en particulier aux marges de l’excerptum), insertion éventuelle de données de type chronologique, biographique ou géographique, suppression de segments (mots, membres de phrases, etc.) jugés superflus, respect de l’ordre du texte original16, subdivision possible d’un texte en plusieurs excerpta, suppression de la mention des sources, et occasionnellement abrégement non littéral (« evidently epitomized », Umberto, 2009 : 81). En vérité, il ne suffit pas de remarquer cette convergence, il faut en tirer les conclusions : la frontière entre epitomé et eklogé est factice et il est probable que notre penchant ontologisant, ici aussi, nous joue des tours et nous aveugle sur la réalité des faits. Une étude large de ce que nous identifions comme des « fragments », sur un corpus consistant, montrerait sans doute la fragilité conceptuelle de ce terme et Brunt (1980), dans une analyse profonde des fragments et épitomés historiques, propose de renoncer au terme et le remplace par celui de reliquiae, car il trouve, dans ce que nous appelons fragments, des allusions, des paraphrases, des condensations, etc.

2.2. Les situations dans la Syllogé

  • 17  A. Le Boulluec (288) fait remarquer à propos qu’ἐπιτομή est parfois traduit en latin par le mot ex (...)
  • 18  Lorsqu'Aristophane emprunte aux livres du corpus aristotélicien connu, ce qui n'est pas toujours l (...)

19En ce cas, à quelle différence s’attendre entre un épitomé de l’Histoire des Animaux d’Aristote et un recueil d’eklogai de l’Histoire des Animaux ? Les deux peuvent privilégier les mêmes parties du texte, recourir aux mêmes citations ou extraits et présenter les fragments selon un ordre orignal ; mais le premier texte est nécessairement un texte suivi, articulé, et dans lequel le rédacteur s’autorise les remaniements stylistiques, qui peuvent être limités aux liens entre les membres ou étendus, tandis que le second juxtapose, son auteur n’intervenant, littérairement, que dans une préface éventuellement. Comme le montre, dès l’abord, l’Epitomé d’Aristophane, un epitomator est au même titre qu’un excerptor un sélectionneur17. La réduction n’adopte pas nécessairement le programme de l’auteur source, n’exploite pas l’œuvre entière qu’elle abrège et n’en retient pas même nécessairement l’essentiel. L’épitomé commence sans doute, y compris pratiquement, par un repérage et une sélection des passages qui méritent d’être représentés, autrement dit par une eklogé. Ainsi l’Epitomé de l’Histoire des Animaux non seulement ignore certains traités aristotéliciens et des livres entiers de HA (les livres III et IV) mais suit de si près le texte de sa source qu’on peut presque toujours identifier précisément le passage et les phrases de la source aristotélicienne qui sont récrits par Aristophane18.

20Dans la compilation zoologique constantinienne, tous les auteurs traités le sont sur le mode de l’excerptio, à l'exception d'Aristote dans l'Epitomé d'Aristophane : l’ordre des extraits est identique à celui de l’original et le texte proposé apparaît comme une copie conforme, stylistiquement, du texte original. Les deux epitomatores actifs dans le recueil, Aristophane et l’epitomator d’Élien font preuve d’originalité dans la composition, mais stylistiquement seul le premier transforme l’original et produit un nouveau texte. Nous n’aborderons pas ici, faute de disposer d’une version intégrale étendue pour mener la comparaison, les pièces « timothéennes » présentes dans la Syllogé, beaucoup plus riches que dans la version du περὶ ζῴων de Timothée éditée par Cramer (1841) et traduite par BodenheimerRabinowitz (1949) et qui propose clairement un epitomé très réduit ; le texte de la Syllogé, en revanche, restitue probablement le texte original et littéral de Timothée et propose donc une série d’excerpta.

  • 19  Nous laissons de côté les § 40-43 et § 61-64, qui sont de composition complexe et forment un encad (...)
  • 20  Pour un parallèle commenté entre Diodore et Photios, voir Micunco, 2008 : 125-299.
  • 21  La source de Diodore pour Agatharchide a été identifiée comme étant un épitomé réalisé par Artémid (...)
  • 22  On trouve une version longue de la première donnée dans la recension de Diodore. Comparer (Syllogé(...)
  • 23  On peut ainsi dire que B 54 dérive de B 55, mais qu’il figure avant ; et qu’il s’insère entre B 53 (...)
  • 24  Un archétype de digest d’Agatharchide n’est pas seulement hypothétique : l’auteur lui-même en avai (...)
  • 25  Dans la version de Photios et celle de la Syllogé on trouve une incise « comme je l’ai dit » (ὡς ε (...)
  • 26  L'autre parallèle flagrant entre la Syllogé et Photios concerne Ctésias, mais là aussi, comme Lamb (...)
  • 27  Voir  Schamp (1987 : 374, n. 16) : « Les structures du Sur la mer Rouge n’ont pas été jusqu’ici co (...)
  • 28  C'est l'avis argumenté de Marcotte, 2001 : 386, 404, 418, 434 ; pour un avis différent voir Micunc (...)
  • 29  La sélection de la Syllogé (= Photios 450b12-454a32) est, en effet, beaucoup plus réduite que cell (...)

21La section issue du traité d'Agatharchide sur la mer rouge, qui occupe les § 44-60 du livre B19, montre bien la difficulté générale d'apprécier le type de récriture dont relèvent les reliquiae présents dans les compilations byzantines (Bibliothèque de Photios, Excerpta constantiniens) et dans la Syllogé en particulier. Sans entrer dans les détails stylistiques, et avant de nous attacher à l’étude des deux epitomai de la Syllogé (Aristophane, Élien), nous le présenterons brièvement, car il témoigne de la continuité des deux régimes de l'eklogé et de l'epitomé. Pour la section B 44-60, consacrée aux Ichtyophages, nous ne possédons pas le texte « original » d'Agatharchide, mais disposons de trois parallèles : Strabon (15.2, 16.4.9-17), Diodore (3.18.7, 3.19.1-6, 3.20-32) et Photios (cod. 250, 450b12-454a32)20. Les textes sont très proches de B 44-60, dans l'ordre des données et la phraséologie, en particulier Diodore et Photios. Diodore respecte, en effet, exactement l'ordre et emploie souvent des formules identiques, bien qu'il semble acclimater le texte et le gloser davantage21. Avec Photios l'identité est presque parfaite, si bien que Lambros considère que le passage de la Syllogé provient directement de Photios. Cependant deux paragraphes sont absents de la recension de Photios. Il ne s’agit pas, dans les deux cas, d’une information originale, mais d’un épitomé du paragraphe suivant. Dans les paires 45/45 bis et 54/55 un extrait d’Agatharchide est exceptionnellement précédé d’une phrase qui le résume22. L’introduction d’une tête de chapitre, surtout lorsque ce titre est (comme en B 54) presque aussi long et à peine moins riche que le fragment qu’il préface, est peu vraisemblable de la part du syllogiste, et il s’agit plutôt de vestiges de sa source23. Comme d’autre part ces intitulés (κεφάλαια) sont absents du texte de Photios, il faut, sans doute, que le syllogiste les ait importés d’une autre source, d’un autre cahier d’ethnographie agatharchidienne sur la mer Rouge, presque jumeau car presque aussi fidèle à la source commune24. On sait que la mémoire (μνήμη) de Photios est longue et précise (Nogara, 1985 : 33), et si l’Agatharchide de Photios est si proche de celui de la Syllogé, c’est peut-être simplement parce qu’ils constituent également des eklogai du texte original25. Photios, ici, copie l’ouvrage d’Agatharchide et constitue un intermédiaire inutile pour la Syllogé. Au delà de la question de transmission (et de l'indépendance de la Syllogé par rapport à Photios)26, la similitude quasi parfaite que révèle la confrontation des textes suggère donc que la recension de la Syllogé, comme celle de Photios27, propose des fragments originaux de la version d'Agatharchide, relevant donc de l'eclogè28. Mais la présence de données supplémentaires et de passages étendus dans la recension de Diodore, semble indiquer l'existence d'une version plus longue que celle utilisée par Photios et le syllogiste. Cette hypothèse est confirmée par le fait que le codex 250, dans des parties qui ne sont pas communes avec la Syllogé, propose des condensés clairement identifiables29. Le texte photien n'est donc ni strictement eclogè, ni épitomé condensée et reformulée, mais un type hétérogène, du point de vue des définitions idéales, comme le texte agatharchidien de la Syllogé, qui est, dans l'ensemble, une anthologie d'extraits, où se sont glissées deux phrases d'épitomé, qui condensent un paragraphe.

3. L’épitomé d’Élien : un cas « simple »

3.1. Les deux séries d’Élien

  • 30  Voici quelques données chiffrées : nombre des chapitres d’Élien (NA) : 798 ; nombre des chapitres (...)

22Dans chaque chapitre consacré à un animal, du premier (éléphant) au dernier (cheval), tout au long du livre B, le syllogiste propose deux séries distinctes de textes dérivés de la Personnalité des animaux d’Élien. L’œuvre subit donc un double traitement dont la Syllogé absorbe une bonne partie30.

23Se succèdent, dans un ordre fixe, d’abord un « lot » d’abrégés (épitomé), que nous appellerons « série I », puis un « lot » d’extraits (eklogai), que nous appellerons « série II » d’Élien. À partir de B 349 la série II est signalée explicitement dans le texte par l’indication « d’Élien, dans la version intégrale » (ἐκ τοῦ πλάτους) qui figure en tête du premier extrait de chaque lot.

Représentation du traité d’Élien dans la Syllogé pour onze animaux (les chiffres correspondent au nombre de chapitres traitant de l'animal dans NA)

  • 31 Aeliana aut integra extant vel ut pusilla novata sint, aut in compendium coacta, dit-il (praef. IX) (...)
  • 32 hoc duplex excerptorum genus inde explicaverim, quod aetate Byzantinorum duae Aelianei de natura an (...)

24Ce double traitement d’Élien est flagrant et Lambros, qui l’avait noté31, en conclut qu’il existait deux types d’édition de l’œuvre d’Élien32, situation assez banale pour un ouvrage populaire volumineux, et qui permettait de satisfaire deux types d’usage et de public. Mais la juxtaposition de ces deux séries n’est pas suffisamment éclairée par cette hypothèse, surtout lorsqu’on prend conscience que les deux séries ne sont pas parallèles, mais complémentaires. Formulée ainsi la position d’Élien dans la Syllogé devient plus singulière. Il apparaît en effet que dans tous les chapitres animaux où les deux séries d’Élien sont présentes, soit la grande majorité des vingt-six qui constituent le livre B, la série II apporte des compléments non redondants à la série I.

25Lambros signale cependant cinq cas d’une reprise dans la série II de chapitres d’Élien déjà épitomisés dans la série I : B 40 et B 63 (cf. Élien 9.15), B 42 et B 64 (cf. Élien 16.27), B 191 et B 200 (cf. Élien 6.53), B 184 et B 563 (cf. Élien 12.16), B 496 et B 565 (cf. Élien 12.496). Pour concilier ces exceptions avec la règle générale, suivie presque partout ailleurs, et formulée à l’issue d’une comparaison systématique des sources de la série I et de la série II, on pourrait alléguer l’inattention du copiste ou son goût irrépressible pour le brio de tel ou tel chapitre dans sa version originale. Les raisons de ces doublons apparents sont plus simples et plus mécaniques, sauf pour les deux premiers cas, qui font partie d’un ensemble problématique et ne proviennent peut-être pas du même épitomé. La première raison, qui vaut pour les deux derniers cas, est que les doubles utilisations correspondent à des chapitres d’Élien qui traitent simultanément de deux animaux, et se répartissent donc dans deux chapitres, qui constituent deux unités indépendantes et souvent distantes. Cette explication s’impose aussi pour l’unique reprise d’un chapitre d’Élien (17.36) à l’intérieur de la série I, sur le goût du lion pour la viande de chameau, reproduit à la fois dans le chapitre du lion (B 153) et dans celui du chameau (B 464). La seconde, qui s’applique au troisième cas et concerne des reprises à l’intérieur du même chapitre (ici, le chien) est que l’excerptor n’a pas « reconnu » dans l’épitomé le texte qu’il reproduit, parce que le résumé était infidèle et déformé.

3.2 Le traitement de la série I

26La série II propose des extraits qui suivent rigoureusement leur ordre d’apparition dans l’original d’Élien. Elle est conforme à la règle générale des eklogai et emprunte son ordre à sa source, de sorte que, dans chaque section animale, tous les extraits d’Élien sont disposés dans le même ordre que dans l’ouvrage intégral. Le lot qu’ils constituent résulte donc d’une opération linéaire d’extraction de fragments. Il n’en va pas de même pour la série I, constituée d’abrégés, qui ne semble pas suivre l’ordre de l’original. Mais à y regarder de plus près on distingue, en réalité, dans la série I, le résultat d’une succession d’opérations d’extraction linéaire plus ou moins nombreuses. Cette série suit, en fait, l’ordre de l’original, mais de façon plurielle, juxtaposant ce que nous appellerons des « séquences », c’est-à-dire des unités linéaires d’extraction. Le fondement de ces séquences est d’ordre thématique : chaque fois que le texte de la Syllogé introduit le résumé d’un chapitre d’Élien situé (dans la source) avant le chapitre résumé dans le paragraphe précédent, cela correspond à un changement de thématique. Voici le dispositif de la série I pour le chapitre de l’éléphant, le plus copieux du recueil, qui comporte 33 « segments » d’Élien :

  • B 83 (NA, 8.27), B 84 (NA, 9.8), B 85 (NA, 7.15), B 85bis (NA, 9.8) : amour maternel

  • B 86 (NA, 6.61), B 87 (NA, 7.15), B 88 (6.61), B 89 et 89bis (NA, 8.17a) : vertus sociales et conjugales.

  • B 90 (NA, 2.11), B 91 (NA, 2.11- ?-), B 91bis (NA, 12.44) : domestication

  • B 92 (NA, 6.56), B 92bis (NA, 7.6), B 93 (NA, 9.56), B 94 (NA, 7.6), B 94bis (in Aeliano non invenitur), B 95 (NA, 10.12), B 96 (NA, 17.7) : chasse et alimentation

  • B 97 (NA, 7.15), B 98 (NA, 8.15) : technique (de dépassement d’obstacle)

  • B 99 (NA, 2.18), B 99bis (NA, 7.45), B 100 (NA, 8.15) : médecine et magie

  • B 101 (NA, 5.55), B 102 (NA, 6.1) : force

  • B 103 (NA, 5.49b), B 104 (NA, 5.49a), B 105 (NA, 7.44) : religiosité

  • B 106 (NA, 1.38), B 107 (NA, 16.36) : antipathies

  • B 108 (cf. NA, 13.15, à propos du lièvre !) : note égarée

  • B 109 (NA, 9.58, sur trois animaux) : remarque commune

  • 33 NA, 7.6, 7.15, 8,.5, 6.61 ; NA, 7.15 en particulier est utilisé à trois reprises.
  • 34  B 94bis est sans doute une méprise sur NA, 10.10 (à sa place dans la séquence) concernant le régim (...)
  • 35  Il s’agit du prétendu os cardiaque de l’éléphant qui dans le texte d’Élien est celui du cerf, comm (...)

27L’epitomator, dans ce lot, exploite 24 chapitres d’Élien, dont certains sont morcelés et répartis sur plusieurs séquences33. Cette fragmentation chirurgicale est luxueuse et intentionnelle, au service d’un dispositif thématique. Cependant, le schéma présenté, qui indique onze séquences, présente des anomalies. Les trois accrocs séquentiels (en gras) sont tous constitués par des paragraphes insérés au beau milieu de l’épitomé d’un autre chapitre. Un examen précis du contexte confirme qu’ils ont été sûrement déplacés après coup parce qu’ils prolongeaient exactement un épitomé voisin. Le passage indiqué en gras et italiques (B 94bis) est aussi un remaniement de surface, sans doute un malentendu34. Les deux derniers segments de la série sont isolés : l’un est à nouveau un malentendu35, l’autre une remarque collective qui vise trois animaux différents.

  • 36  Voir de Stefani, 1904 : 148.

28Une confirmation de cette analyse, qui considère que la série I n’est nullement « désordonnée », mais combine une organisation thématique et une pratique linéaire d’extraction, est apportée par les chapitres d’animaux comme le loup (B 217-222), ou le chameau (B 460-464bis) dont le lot de la série I est réduit et suit rigoureusement l’ordre d’apparition dans l’original d’Élien36. Dans le chapitre consacré à l’éléphant, on voit nettement que l’epitomator a calqué la structure de la section d’Élien I sur le canevas d’Aristophane de Byzance, et donc organisé de façon thématique et progressive les chapitres d’Élien (voir Annexe V). Les deux modalités d’extraction correspondent donc à deux logiques différentes, mais le respect de l’ordre original constitue une règle, unique dans la série II, secondaire dans la série I. La sélection sur mesure de l’excerptor de la série II permet de répondre à des omissions éventuellement volontaires de l’epitomator de la série I, dont le travail est antérieur, plus élaboré… et sans doute totalement indépendant. À l’hypothèse des deux éditions concurrentes d’Élien nous jugeons plus vraisemblable, sur la base de ces analyses, celle d’une succession d’opérations et de mains, le second lot s’ajoutant ultérieurement à un épitomé plus ancien, peut-être intégré déjà dans une proto-Syllogé, ancêtre de notre recueil. L’analyse des chapitres d’Élien négligés par le rédacteur d’Élien I, et rattrapés par le rédacteur d’Élien II, montre que dans la majorité des cas les chapitres intégraux constituent non pas des informations naturalistes, mais des anecdotes particulières. La différence de tempérament (et donc sans doute d’identité) des deux rédacteurs se manifeste à la fois dans la modalité de récriture (résumé ou extrait), dans la logique suivie (construite ou calquée), et dans le choix des emprunts (généraux ou anecdotiques).

29On peut noter, d’autre part, que ces deux vitesses du discours (notations factuelles et narrations circonstanciées) sont aussi une donnée du texte d’Élien lui-même. La longueur et la cohérence des chapitres que l’on distingue dans le livre NA d’Élien sont très variables : certains « faits » (de nature biologique, éthologique ou anecdotique) sont exposés complaisamment, tandis que d’autres sont ramassés en une phrase, ou alignés en une succession hétéroclite de remarques. Or les deux registres sont totalement hétérogènes et les éléments qui, chez Élien, relèvent de l’épitomé, paraissent des éléments bruts et non travaillés par le style de l’autre, sans doute parce qu’ils sont, presque tels quels, importés d’un recueil de notations brèves. Quand on peut confronter Élien à sa source probable on note toujours des écarts stylistiques et un goût pour l’amplification narrative ou la description.

3.3. Une épitomé de régime zéro ou B

  • 37  C’est le terme employé par Genette (1982 : 271) pour cette réduction par suppression, quand elle n (...)

30On constate donc une manipulation structurelle pour la série I, correspondant à une forme riche de l’épitomé, mais y a-t-il également une manipulation rédactionnelle qui va au-delà de la simple « excision »37 ou suppression de mots (ellipses) ? Un échantillon, correspondant au lot d’Élien sur le lièvre, en donnera une idée :

Élien

Syllogé (B 411-417)

Ἔχει μέντοι καὶ ὁ λαγὼς συμφυεῖς ἰδιότητας. ἐκπεπταμένοις μὲν γὰρ τοῖς βλεφάροις καθεύδει, κατηγορεῖ δὲ αὑτοῦ τὰ ἔτη τρώγλας τινὰς ὑποφαίνων. φέρει δὲ καὶ ἐν τῇ νηδύι τὰ μὲν ἡμιτελῆ, τὰ δὲ ὠδίνει, τὰ δὲ ἤδη οἱ τέτεκται (NA, 2.12)

῞Οτι ὁ λαγὼς ἐκπεπταμένοις τοῖς βλεϕάροις καθεύδει. κατηγορεῖ δὲ αὑτοῦ <τὰ> ἔτη τρώγλας τινὰς ὑποϕαίνων. ϕέρει δὲ καὶ ἐν τῇ νηδύι τὰ μὲν ἡμιτελῆ, τὰ δὲ ὠδίνει, τὰ δὲ ἤδη αὐτῷτίκτεται.

Λαγὼ δὲ πέρι καὶ ἐνταῦθα ἔπεισιν εἰπεῖν τοιαῦτά μοι. ἐς τὴν κοίτην τὴν συνήθη οὐ πάρεισιν ὁ λαγὼς πρὶν ἢ ταράξαι τὰ ἴχνη, πῆ μὲν ἐσιὼν πῆ δὲ ἐξιών, ἵνα ἀφανίσῃ τὴν ἐκ τῶν θηρατῶν ἐς αὐτὸν ἐπιβουλήν, σοφίᾳ τινὶ φυσικῇ τὸ θηρίον τοὺς ἀνθρώπους αἱμυλώτατα ἀπατῆσαν. (NA, 6.47)

καὶ πρὶν ἢ δὲ διαταράξαι τὰ ἴχνη <εἰς> τὴν κοίτην τὴν συνήθη οὐ πρόεισι, πῇ μὲν εἰσιών, πῇ δὲ ἐξιών, ἵνα ἀϕανίσῃ τῶν θηρατῶν τὴν ἐπιβουλήν

[…] καὶ Θεόπομπος λέγει τοὺς ἐν Βισαλτίᾳ λαγὼς διπλᾶ ἥπατα ἔχειν ἕκαστον […] (NA, 11.40)

Εἰσὶ δὲ λαγῲ ἐν Βισάλταις οἳ διπλᾶ τὰ ἥπατα ἔχουσιν, ὡς Θεόπομπος λέγει

ἔστι μὲν ὁ λαγὼς φιλότεκνον δεινῶς, δέδοικε δὲ καὶ τὰς ἐκ τῶν θηρώντων ἐπιβουλὰς καὶ τὰς ἐκ τῶν ἀλωπέκων ἐπιδρομάς, πέφρικέ γε μὴν καὶ τὰς ἐκ τῶν ὀρνίθων οὐχ ἧττον, φωνὴν δὲ κοράκων καὶ ἀετῶν μᾶλλον· πρὸς γὰρ δὴ ταῦτα τῶν πτηνῶν οὐκ ἔστιν αὐτῷ ἔνσπονδα. ὑποκρύπτει δὲ ἑαυτὸν ἢ θάμνῳ κομῶντι ἢ ληίῳ βαθεῖ, ἤ τινα ἄλλην ἑαυτοῦ προβάλλεται ἀναγκαίαν καὶ ἄμαχον σκέπην. (NA, 13.11)

῎Εστι δὲ καὶ ϕιλότεκνος ὁ λαγώς, καταπτήσσει δὲ καὶ θηρία καὶ ὄρνεα, καὶ ϕωνὴν δὲ μόνην κοράκων καὶ ἀετῶν πτοεῖται, θάμνῳ δὲ καὶ δάσει κρύπτεται

Ἦν δὲ ἄρα ὁ λαγὼς καὶ ἀνέμων τε καὶ ὡρῶν ἐπιστήμων· σοφὸν γάρ τι χρῆμα αὐτοῦ, ἀλλ' οὐκ εὔχαρι ὄν. χειμῶνος οὖν τὸν κοῖτον ἐν τοῖς προσηλίοις τίθεται· δῆλα γὰρ δὴ ὅτι θάλπεται μὲν ἀσμένως, κρύει δὲ ἐχθρῶς ἔχει· θέρους δὲ πρὸς ἄρκτον ἀποκλίνει πόθῳ ψύχους. τῆς δὲ τῶν ὡρῶν διαφορᾶς αἱ ῥῖνες αὐτῷ γνώμων. οὐ μὴν ἐπιμύεικαθεύδων ὁ λαγώς, καὶ τοῦτο αὐτῷ ζῴων μόνῳ περίεστιν, οὐδὲ νικᾶται τῷ ὕπνῳ τὰ βλέφαρα· φασὶ δὲ αὐτὸν καθεύδειν μὲν τῷ σώματι, τοῖς δὲ ὀφθαλμοῖς τηνικάδε ὁρᾶν. γράφω δὲ ἅπερ οὖν οἱ σοφοὶ τῶν θηρατῶν λέγουσιν. εἰσὶ δὲ αὐτῶν νύκτωρ αἱ νομαί, τοῦτο μὲν καὶ τροφῆς ξένης ἐπιθυμίᾳ ἴσως, ἐγὼ δ' ἂν φαίην ὅτι γυμνασίας ἕνεκα, ἵνα καὶ τηνικάδε ἐπὰν ἀπὸ τοῦ ὕπνου καρτερῇ ἐνεργὸς ὢν κρατύνηται τὸ τάχος. τῆς δὲ ὁδοῦ τῆς ὀπίσω ἐρᾷ δεινῶς, καὶ συντρόφου παντὸς χωρίου ἡττᾶται· ἔνθεν τοι καὶ ἁλίσκεται τὰ πολλά,τὰ ἤθη τὰ οἰκεῖα ἐκλιπεῖν οὐχ ὑπομένων. (NA, 13.13)

῎Εστι δὲ ἀνέμων τε καὶ ὡρῶν ἐπιστήμων. ἐν χειμῶνι γὰρ πρὸς ἥλιον τίθεται, θέρους δὲ πρὸς ἄρκτον ἀποκλίνει πόθῳ ψύχους. ταύτην δὲ τὴν τῶν ὡρῶν διαϕορὰν αἱ ῥῖνες αὐτὸν διδάσκουσιν. οὐ κατα<μύ>ει δὲ κοιμώμενος· (!!) ἥττω γὰρ τὰ βλέϕαρα πρὸς τοὺς ὀϕθαλμοὺς ἔχει (!!). εἰσὶ δὲ αὐτῶν νύκτωρ αἱ νομαὶ καὶ πόρρω, τροϕῆς ξένης ἐπιθυμίᾳ, μᾶλλον δὲ γυμνασίας ἕνεκα. ἀγαπᾷ δὲ τὰ ἤθη τὰ οἰκεῖα, καὶ ἐκλιπεῖν ταῦτα οὐχ ὑπομένει. ὑποστρέϕει γὰρ πρὸς αὐτά, ὅθεν καὶ ἁλίσκεται τὰ πολλά.

Πέφυκε δὲ καὶ λαγὼς ἕτερος μικρὸς τὴν φύσιν, οὐδὲ αὔξεταί ποτε· κόνικλος ὄνομα αὐτῷ. οὔκ εἰμι δὲ ποιητὴς ὀνομάτων, ὅθεν καὶ ἐν τῇδε τῇ συγγραφῇ φυλάττω τὴν ἐπωνυμίαν τὴν ἐξ ἀρχῆς, ἥνπερ οὖν Ἴβηρες οἱ Ἑσπέριοι ἔθεντό οἱ, παρ' οἷς καὶ γίνεται τε καὶ ἔστι πάμπολυς τούτῳ τοίνυν ἡ μὲν χρόα παρὰ τοὺς ἑτέρους μέλαινα, καὶ ὀλίγην ἔχει τὴν οὐράν, τά γε μὴν λοιπὰ τοῖς προειρημένοιςἰδεῖνἐμφερής ἐστι. διαλλάττει δὲ ἔτι καὶ τὸ τῆς κεφαλῆς μέγεθος· λεπτοτέρα γὰρ ἡ τούτου καὶ δεινῶς ἄσαρκος καὶ βραχυτέρα. λευκότερος δὲ τῶν λοιπῶν·…(NA, 13.15)

῎Εστι δὲ λαγὼς μικρὸς τὴν ϕύσιν, καὶ οὐκ αὔξεται. κόνικλος ὄνομα αὐτῷ. ταύτην δὲ τὴν ἐπωνυμίαν ῎Ιβηρες ‘Εσπέριοι ἔθεντο. τούτῳ  δὲ ἡ μὲν χρόα παρὰ τοὺς ἑτέρους μέλαινα· ὀλίγην δὲ ἔχει τὴν οὐράν, τῶν ἄλλων ὅτι καὶ πλέον, ξηρὰν δὲ τὴν κεϕαλὴν καὶ ἄσαρκον καὶ βραχυτέρανκατὰ <τὸ> πᾶν σῶμα (??), τὰ δὲ λοιπὰ τοῖς ἄλλοις ὅμοιος.

λαγῲ δὲ ἐν τοῖς αὐτοῖς χωρίοις ὁρώμενοι πολλοὶ δηλοῦσιν εὐδίαν(NA, 7.8)

Λαγῲ δὲ ἐν τοῖς αὐτοῖς χωρίοις πολλοὶ ὁρώμενοι εὐδίαν σημαίνουσι.

31L’epitomator s’est parfois contenté, dans les notices déjà brèves d’Élien, de reproduire le texte tel quel, en supprimant simplement les commentaires de l’auteur. C’est la situation la plus commune, au niveau global des epitomai de chapitres d’Élien dans la Syllogé. Mais pour d’autres notices il a procédé à un arrangement plus complexe et une reformulation, qui s’accompagne d’ailleurs parfois de malentendus (B 415-416) et préserve toujours une bonne partie du lexique original. On peut distinguer trois types de transpositions « littérales » correspondant aux pratiques (à la fois) de l’epitomator et de l’excerptor, que l’on peut exprimer par la formule UTABEX : restitution intégrale d’une unité textuelle (ut), reformulation partielle d’une unité textuelle (ab), prélèvement sélectif littéral d’une partie d’une unité textuelle (ex). L’epitomator d’Élien (série II) pratique généralement le prélèvement (ex) et parfois la reformulation (ab), tandis que l’excerptor d’Élien (série I) pratique généralement la restitution (ut), et parfois le prélèvement (ex), avec quelques rares aménagements syntaxiques. L’écart entre les deux est parfois insensible :

Élien 6.1

Syllogé B.157 (série I)

καὶ μέντοι καὶ ὁ λέων τῇ ἀλκαίᾳ ἑαυτὸν ἐπεγείρει μαστίζων, καὶ βλακεύειν καὶ ἐλινύειν οὐκ ἐπιτρέπει.

᾽Επεγείρει δὲ ἑαυτὸν ὁ λέων τῇ ἀλκαίᾳ μαστίζων καὶ ἐλινύειν οὐκ ἐπιτρέπων.

Élien 4.3

Syllogé B.166 (série II)

Λύκω συννόμω καὶ ἵππω, λέοντέ γε μὴν οὐκέτι· λέαινα γὰρ καὶ λέων οὐ τὴν αὐτὴν ἴασιν οὔτε ἐπὶ θήραν οὔτε πιόμενοι. τὸ δὲ αἴτιον, τῇ τοῦ σώματος ῥώμῃ θαρροῦντε ἄμφω εἶτα οὐ δεῖται θατέρου ὁ ἕτερος, ὥς φασιν οἱ πρεσβύτεροι.

Λύκω συννόμω καὶ ἵππω, λέοντέ γε μὴν οὐκέτι· λέαινα γὰρ καὶ λέων οὔτε τὴν αὐτὴν ἴασιν οὔτε ἐπὶ θήρας.

4. L’épitomé (sic) d’Aristophane de Byzance

  • 38  Cette dernière, qui pourrait renvoyer aux livres perdus, ne vise peut-être pas l’Epitomé. On peut (...)

32L’epitomator d’Élien procède de manière assez sommaire. Aristophane, pour sa part, propose un texte beaucoup plus complexe. Si l’on a coutume de l’intituler Epitomé, cette désignation n’est pas une évidence. Elle n’est pas employée par Aristophane lui-même (dans le texte de la Syllogé), et est attestée par deux mentions seulement : ᾽Αριστοφάνης οὖν ὁ Βυζάντιος τὰ περὶ φύσεως ζῴων ἐπιτεμόμενος ἐκ τῶν ᾽Αριστοτέλους τοῦ φιλοσόφου φησὶν (Hierocles in Hippiatr. praef. p. 4 Bas. 1537) ; et ᾽Αριστοφάνης ὁ Βυζάντιος ἐκ τῆς ἐπιτομῆς τῶν ἐν ἰχθύσι φυσικῶν (Johannes Lyd. Adm. rom. 3.63)38. Mais Photios (Bibl., cod. 161, 104 b 28) ne donne pas de nom générique à l’ouvrage d’Aristophane (ἐκ τῶν Αριστοφάνους τοῦ γραμματικοῦ περὶ ζῴων βιβλίου πρώτου καὶ δευτέρου), et un quatrième témoin — le plus ancien — le qualifie d’ὑπομνήματα (traité, essai, aide-mémoire…) : ᾽Αριστοφάνης ἐν τοῖς εἰς᾽Αριστοτέλην ὑπομνήμασι (Artémidore 2.14). Il est en outre possible que l'ouvrage d'Aristophane n'ait pas été, génériquement, identifié par son auteur dans le titre original. Sa nature ne peut donc être tranchée a priori. Le projet aristophanien est éclairé par les remarques données au début des deux livres conservés et correspond davantage à celui d'une εἰσαγωγή. Le premier livre présente

ἃ δεήσει σε ἐπιγνῶναι, τίνα λέγει ὁ ’Αριστοτέλης ἐν τῇ Περὶ ζῴων πραγματείᾳ σελάχια ζῷα […] τοιαύτης γὰρ τῆς ὑποτυπώσεως γινομένης εὐεπίγνωστος μᾶλλον καὶ ἡ τῶν κατὰ μέρος γένηταί σοι ἱστορία (A 1)

« ce qu'on doit maîtriser (i.e. les connaissances théoriques), [c’est-à-dire] ce qu'Aristote veut dire, dans son œuvre scientifique sur les animaux, quand il parle d'animaux sélaciens… […] Cette mise au point préliminaire vous permettra ensuite de maîtriser plus facilement les connaissances zoologiques relatives à chaque cas »

33La suite du livre propose effectivement des mises au point lexicales et théoriques sur la reproduction :

ἐπεὶ δὲ δύο πράξεις τοῖς ζῴοις, ἡ μὲν περὶ τὴν εὐπορίαν τῆς τροϕῆς, ἡ δὲ περὶ τὴν κύησιν καὶ ἔκτεξιν αὐτῶν, ἀναγκαῖον τὰ περὶ τὴν κύησιν αὐτῶν πρότερον ἐπιδραμεῖν, ἐπειδὴ καὶ περὶ τῆς γενέσεως αὐτῶν τὸν πλεῖστον ὑπεσχόμην λόγον ποιήσασθαι (A 27)

  • 39  Cf. HA, 596 b 20.

« Dans la mesure où les animaux manifestent deux actions, la première qui concerne l’acquisition de la nourriture, la seconde qui touche à la conception et à la génération39, il est nécessaire de commencer par aborder la question de la conception animale, étant donné que la reproduction est le sujet que j’ai choisi de développer le plus longuement »

34Au début du livre B il annonce le plan de son exposé et conclut :

τοῦτο δὲ ἐπειράσθην ποιῆσαι, ἵνα μὴ διῃρημένην ἐν πολλοῖς τὴν ὑπὸ ’Αριστοτέλους περὶ ζῴων πραγματείαν ἐπιπορεύῃ, συνηγμένην δὲ ὁμοῦ πᾶσαν τὴν ἐϕ’ ἑνὶ ἑκάστῳ ζῴῳ ἱστορίαν ἔχῃς (B 1)

  • 40  Le mot que nous traduisons par ensemble de l’œuvre (πραγματεία) est très riche : il s’agit à la fo (...)
  • 41  L’objectif d’Aristophane est de faciliter doublement la lecture par une mise en ordre : de réunir (...)

« J’ai entrepris cette tâche pour vous permettre d’accéder à l’ensemble de l’œuvre zoologique d’Aristote40, qui est disséminée dans plusieurs livres, et mettre à votre disposition, regroupées au même endroit, toutes les connaissances acquises sur chaque animal, l’un après l’autre41. »

  • 42  Un épitomé peut même réutiliser ouvertement une source à des fins personnelles. C’est le cas de l’ (...)

35La réorganisation de la somme zoologique aristotélicienne (πραγματεία) dans son ensemble (et non le seul traité HA) est clairement le moyen choisi par l'auteur pour rendre plus accessible et ordonnée l'œuvre du Stagirite. Cet objectif n'est pas incompatible avec la composition d'un epitomé, et ne disqualifie pas cette appellation, mais signale une ambition forte et présage une récriture importante42 et, si épitomé il y a, une épitomé de régime B ou AB.

4.1. Le travail séquentiel

36Lambros, dans son édition, s'est efforcé de noter tous les passages aristotéliciens dont Aristote pourrait être l'écho, sans s'intéresser pratiquement à l'opération de transfert des données. Il signale ainsi souvent plusieurs parallèles dans le corpus aristotélicien. Mais on ne peut décrire entièrement le texte sans prendre parti sur le travail de production du texte. Le découpage du texte en paragraphes, proposé par Lambros, est surtout guidé par les articulations logiques et thématiques de l'Epitomé, et non par la genèse du texte. Or il est possible, en retrouvant et identifiant le passage source, de le déterminer génétiquement, à partir du travail hypertextuel d'Aristophane. Notre hypothèse est que le travail d’Aristophane est systématique et particulier. Il opère sur des unités originelles réduites dans lesquelles il sélectionne des phrases (et non pas des informations) et condense des passages (et non pas des chapitres ou des livres). Ce travail appliqué à des micro-structures textuelles est pour ainsi dire juxtalinéaire. Le rapport étroit que l’on constate avec la phraséologie aristotélicienne est un des signes de cette méthode, que l’on peut caractériser plus précisément. Nous supposons l’existence dans l’Epitomé d’Aristophane d’unités rédactionnelles correspondant littérairement à un passage suivi de la source, et pratiquement à une opération d’extraction suivie d'un passage précis. Nous appelons cette unité opérationnelle une séquence. Lorsque plusieurs paragraphes de l’Epitomé sont parallèles à un passage unique d’Aristote et présentent les mêmes informations dans le même ordre on peut considérer que l’on a affaire à une opération matérielle d’extraction unique, autrement dit à une séquence. Nous appelons segments les unités les plus petites du texte source, qui sont sélectionnées et collectées au cours d’une séquence d’extraction. Cette unité de travail (lecture-extraction-récriture) coïncide le plus souvent, mais non toujours, avec une unité thématique, chacun de ces deux ordres pouvant s’étendre à l’occasion au-delà de l’autre. Nous mettons ci-dessous à l'épreuve cette hypothèse dans deux passages témoins, représentatifs de la pratique d'Aristophane, choisis dans chacun des deux livres de l'Epitomé.

4.2. Examen d’une section : l’accouplement des arthropodes (A. 34-37)

37La section (thématique) sur l'accouplement des arthropodes figure dans le premier livre, qui est globalement plus compact, plus composite et plus théorique que le livre 2. Comme les informations d’Aristote sont, d’après le jugement d’Aristophane, dispersées et mal présentées, les sections aristophaniennes sont en général constituées de plusieurs séquences, comme ici où la section est constituée de vingt-neuf segments. Voici la concordance de la section aristophanienne et des segments sources d'Aristote :

Aristote

s

Aristophane A. 34-36

HA, 542 a24/b27 (?)

Ποιεῖται δ' ἔνια τὴν ὀχείαν καὶ τὸν τόκον καὶ μετοπώρου καὶ χειμῶνος […] Τὰ δ' ἔντομα καὶ τοῦ χειμῶνος ὀχεύεται καὶ γίνεται.

1

Τῶν δὲ ἐντόμων τὰ πλεῖστα μετοπώρου ποιεῖται τὴν ὀχείαν καὶ τὸν τόκον.

GA, 759a8-25

Ἡ δὲ τῶν μελιττῶν γένεσις ἔχει πολλὴν ἀπορίαν. εἴπερ γάρ ἐστι καὶ περὶ τοὺς ἰχθῦς τοιαύτη τις γένεσις ἐνίων ὥστ' ἄνευ ὀχείας γεννᾶν, τοῦτο συμβαίνειν ἔοικε καὶ περὶ τὰς μελίττας ἐκ τῶν φαινομένων. ἀνάγκη γὰρ ἤτοι φέρειν αὐτὰς ἄλλοθεν τὸν γόνον ὥσπερ τινές φασι — καὶ τοῦτον ἢ φυόμενον αὐτόματον ἢ ἄλλου τινὸς ζῴου τίκτοντος — ἢ γεννᾶν αὐτάς· ἢ τὸν μὲν φέρειν τὸν δὲ γεννᾶν (καὶ γὰρ τοῦτο λέγουσί τινες ὡς τὸν τῶν κηφήνων μόνων φέρουσι γόνον)· καὶ γεννᾶν ἢ ὀχευομένας ἢ ἀνοχεύτους· καὶ ὀχευομένας γεννᾶν ἤτοι ἕκαστον γένος καθ' αὑτό, ἢ ἕν τι αὐτῶν τἆλλα, ἢ συνδυαζόμενον ἄλλο γένος ἄλλῳ […] φασὶ γάρ τινες τοὺς μὲν ἄρρενας εἶναι τὰς δὲ θηλείας, οἱ δὲ τὰς μὲν μελίττας ἄρρενας τοὺς δὲ κηφῆνας θήλεις. Ταῦτα δ' ἐστὶ πάντα ἀδύνατα ἀνάγκη γὰρ ἤτοι φέρειν αὐτὰς ἄλλοθεν τὸν γόνον ὥσπερ τινές φασι […] ἢ γεννᾶν αὐτάς·

2

Διαπορεῖ δὲ ’Αριστοτέλης περὶ τοῦ τόκου τὸ ὅλον καὶ περὶ τῆς γενέσεως τῶν μελισσῶν καὶ πότερον ἄρρεν ἐστὶν ἡ μέλισσα, ὁ δὲ κηϕὴν θῆλυς ἢ τὸ ἐναλλάξ· διαπορεῖ δὲ καὶ εἰ ἐξ ἀλλήλων ἡ γένεσις ἢ μεταϕέρει ἔξωθεν γόνον ἢ ἔκ τινων ἑτερογενῶν ἡ τούτων γένεσις·

759b21

τὸ μηδέποτε ὦφθαι ὀχευόμενον μηθὲν αὐτῶν·

3

οὐ γὰρ ὤϕθη, ϕησίν, ὀχεύοντα.

759a11&24

ἀνάγκη γὰρ ἤτοι φέρειν αὐτὰς ἄλλοθεν τὸν γόνον ὥσπερ τινές φασι […] Ταῦτα δ' ἐστὶ πάντα ἀδύνατα

4

ἀπίθανον οὖν ϕησι τὸ μεταϕέρειν ἄλλοθεν, ὥς τισιν ἤρεσεν, αὐτὰς γόνον

5

[καθάπερ καὶ † βίρσι τῷ σοϕιστῇ].

759a27

εἴτε γὰρ μὴ τίκτουσαι φέρουσιν ἄλλοθεν ἔδει γίγνεσθαι μελίττας, καὶ μὴ φερουσῶν τῶν μελιττῶν, ἐν τοῖς τόποις ἐξ ὧν τὸ σπέρμα φέρουσιν.

6

εἰ γὰρ μὴ τίκτουσαι μεταϕέρουσιν, ἔδει κἀκεῖ γίνεσθαι μελίσσας αὐτῶν μὴ μεταϕερουσῶν.

759b3

εἰσὶ δ' οἱ μὲν κηφῆνες ἄκεντροι, αἱ δὲ μέλιτται πᾶσαι κέντρον ἔχουσιν.

7

εἰσὶ δὲ οἱ μὲν κηϕῆνες ἄκεντροι, αἱ δὲ μέλισσαι κέντρον ἔχουσι·

759b1-3

Ἀλλὰ μὴν οὐδὲ τὰς μὲν μελίττας θηλείας εἶναι τοὺς δὲ κηφῆνας ἄρρενας εὔλογον· οὐδενὶ γὰρ τὸ πρὸς ἀλκὴν ὅπλον τῶν θηλειῶν ἀποδίδωσιν ἡ φύσις

8

ἄλογον δὲ τὸ πρὸς τὴν ἀλκὴν < ὅπλον > τὸ θῆλυ ἔχειν ἀλλ’ οὐ τὸ ἄρρεν.

759b5-7

οὐδὲ τοὐναντίον εὔλογον, τὰς μὲν μελίττας ἄρρενας τοὺς δὲ κηφῆνας θήλεις· οὐδὲν γὰρ τῶν ἀρρένων εἴωθε διαπονεῖσθαι περὶ τὰ τέκνα, νῦν δ' αἱ μέλιτται τοῦτο ποιοῦσιν.

9

πάλιν δὲ οὐκ εὔλογον τὰς μὲν μελίσσας ἄρρενας εἶναι, τοὺς δὲ κηϕῆνας θηλείας· οὐδὲν γὰρ τῶν ἀρρένων διαπονεῖται περὶ τὰ τέκνα οὕτως, αἱ δὲ μέλισσαι ὅσα αἱ θήλειαι περὶ τὰ ἔκγονα ποιοῦσι θεωροῦνται πράττουσαι.

759b27

λείπεται δή, καθάπερ φαίνεται συμβαῖνον ἐπί τινων ἰχθύων, τὰς μελίττας ἄνευ ὀχείας γεννᾶν τοὺς κηφῆνας, τῷ μὲν γεννᾶν οὔσας θηλείας, ἐχούσας δ' ἐν αὑταῖς ὥσπερ τὰ φυτὰ καὶ τὸ θῆλυ καὶ τὸ ἄρρεν.

10

ὃ μὲν <οὖν> λείπεται ζητεῖν ὑπὲρ τούτου καὶ λέγειν, πῶς ἐνδεχόμενον αὐτοὺς ἄνευ ὀχείας καὶ συνδυασμοῦ γίνεσθαι

HA,551b27

Αἱ δ' ἀσκαρίδες γίνονται ἔν τε τῇ ἰλύϊ

11

καθάπερ αἱ ἀσκαρίδες μὲν

552a15

αἱ δὲ μηλολόνθαι ἐκ τῶν σκωλήκων τῶν ἐν τοῖς βολίτοις καὶ τῶν ὀνίδων. Οἱ δὲ κάνθαροι ἣν κυλίουσι κόπρον, ἐν ταύτῃ φωλοῦσί τε τὸν χειμῶνα καὶ ἐντίκτουσι σκωλήκια, ἐξ ὧν γίνονται κάνθαροι.

12

καὶ κάνθαροι καὶ μηλολόνθαι ἐκ τῆς κόπρου,

552b.4

Οἱ δὲ κώνωπες ἐκ σκωλήκων οἳ γίνονται ἐκ τῆς περὶ τὸ ὄξος ἰλύος

13

οἱ δὲ κώνωπες ἐκ τῆς ἰλύος τοῦ ὄξους,

551a1/a13/b20

τὰ μὲν ἐκ τῆς δρόσου τῆς ἐπὶ τοῖς φύλλοις πιπτούσης, […] Γίνονται δ' αἱ μὲν καλούμεναι ψυχαὶ ἐκ τῶν καμπῶν, αἳ γίνονται ἐπὶ τῶν φύλλων τῶν χλωρῶν, καὶ μάλιστα ἐπὶ τῆς ῥαφάνου, ἣν καλοῦσί τινες κράμβην […] Ἐκ δὲ τῶν κραμβῶν γίνονται < αἱ κραμβίδες, ἐκ δὲ τῶν πράσων> αἱ πρασοκουρίδες

14

<τὰ> ἐκ δὲ τῆς δρόσου τῆς ἐπὶ τὰ ϕύλλα τῆς κράμβης πιπτούσης αἱ λεγόμεναι κραμβίδες καὶ κάμπαι,

557b6

Καὶ ἐπὶ κηρίῳ δὲ γίνεται παλαιουμένῳ,

ὥσπερ ἐν ξύλῳ ζῷον

15

ἐκ δὲ τοῦ κηροῦ οἱ κηροδύται λεγόμενοι

552a15

Οἱ δὲ κρότωνες γίνονται ἐκ τῆς ἀγρώστεως

16

ἐκ δὲ τῆς ἀγρώστεως οἱ κρότωνες

557b1

Γίνεται δὲ καὶ ἄλλα ζῳδάρια, ὥσπερ ἐλέχθη καὶ πρότερον, τὰ μὲν ἐν ἐρίοις καὶ ὅσα ἐξ ἐρίων ἐστίν, οἷον οἱ σῆτες

17

ἐκ δὲ τῶν ἐρίων οἱ σῆτες

552a13

Γίνονται δ' αἱ μὲν καλούμεναι ψυχαὶ ἐκ τῶν καμπῶν,

18

ἐκ δὲ τῶν καμπῶν τῶν ἐν τοῖς ἐρεβίνθοις κατὰ μετασχηματισμὸν αἱ λεγόμεναι ψυχαὶ

551b5

Γίνονται δὲ καὶ τὰ ὕπερα καὶ τὰ πηνία ἔκ τινων τοιούτων ἄλλων,

19

καὶ τὰ λεγόμενα πηνία καὶ ὕπερα

551b.23

Ἐκ δὲ μελαινῶν τινων καὶ δασειῶν οὐ μεγάλων καμπῶν πρῶτον γίνονται πυγολαμπίδες, οὐχ αἱ πετόμεναι· αὗται δὲ πάλιν μεταβάλλουσι, καὶ γίνονται πτερωτὰ ζῷα ἐξ αὐτῶν, οἱ καλούμενοι βόστρυχοι.

20

καὶ αἱ πυγολαμπίδες γίνονται, ἐκ δὲ τῶν πυγολαμπίδων οἱ βόστρυχοι καλούμενοι

557b13

 Ἔστι δέ τι σκωλήκιον ὃ καλεῖται ξυλοφθόρον, οὐδενὸς ἧττον ἄτοπον τῶν ζῴων. Ἡ μὲν γὰρ κεφαλὴ ἔξω τοῦ κελύφους προέρχεται ποικίλη, καὶ οἱ πόδες ἐπ' ἄκρου, ὥσπερ τοῖς ἄλλοις σκώληξιν, ἐν χιτῶνι δὲ τὸ ἄλλο σῶμα ἀραχνιώδει, καὶ περὶ αὐτὸ κάρφη, ὥστε δοκεῖν προσέχεσθαι βαδίζοντι· ταῦτα δὲ σύμφυτα τῷ χιτῶνί ἐστιν· ὥσπερ κοχλίᾳ τὸ ὄστρακον, οὕτω τὸ ἅπαν τῷ σκώληκι, καὶ οὐκ ἀποπίπτει ἀλλ' ἀποσπᾶται ὥσπερ προσπεφυκότα· καὶ ἐάν τις τὸν χιτῶνα περιέλῃ, ἀποθνήσκει καὶ γίνεται ὁμοίως ἀχρεῖος ὥσπερ ὁ κοχλίας περιαιρεθέντος τοῦ ὀστράκου. Χρόνου δὲ προϊόντος γίνεται καὶ οὗτος ὁ σκώληξ χρυσαλλὶς ὥσπερ αἱ κάμπαι

21

ἐκ δὲ τοῦ ξυλοϕθόρου λεγομένου σκώληκος χρυσαλίς,

552a31

Αἱ δὲ κανθαρίδες ἐκ τῶν πρὸς ταῖς συκαῖς καμπῶν καὶ ταῖς ἀπίοις καὶ ταῖς πεύκαις (πρὸς πᾶσι γὰρ τούτοις γίνονται σκώληκες)

22

ἐκ δὲ τῶν ἐν τοῖς ἀπίοις καὶ σύκοις καμπῶν αἱ κανθαρίδες.

551b9

Ἐκ δέ τινος σκώληκος μεγάλου, ὃς ἔχει οἷον κέρατα καὶ διαφέρει τῶν ἄλλων, γίνεται πρῶτον μὲν μεταβάλλοντος τοῦ σκώληκος κάμπη, ἔπειτα βομβυλίς, ἐκ δὲ τούτου νεκύδαλος· ἐν ἓξ δὲ μησὶ μεταβάλλει ταύτας τὰς μορφὰς πάσας. Ἐκ δὲ τούτου τοῦ ζῴου καὶ τὰ βομβύκια ἀναλύουσι τῶν γυναικῶν τινὲς ἀναπηνιζόμεναι, κἄπειτα ὑφαίνουσιν· πρώτη δὲ λέγεται ὑφῆναι ἐν Κῷ Παμφίλη Πλάτεω θυγάτηρ. Ἐκ δὲ τῶν σκωλήκων τῶν ἐν τοῖς ξύλοις τοῖς αὔοις οἱ καράμβιοι γίνονται τὸν αὐτὸν τρόπον· πρῶτον μὲν ἀκινητισάντων τῶν σκωλήκων, εἶτα περιρραγέντος τοῦ κελύφους ἐξέρχονται οἱ καράμβιοι. Ἐκ δὲ τῶν κραμβῶν ... γίνονται αἱ πρασοκουρίδες·

23

ἐκ δὲ τῶν μεγάλων σκωλήκων τῶν κατὰ γῆν κεκρυμμένων κάμπη τις γίνεται, ἐκ δὲ ταύτης ἐκδύεται ἡ λεγομένη βομβυλίς, μετασχηματιζομένη δὲ αὕτη γίνεται ὁ λεγόμενος νεκύδαλος σκώληξ, ἐξ οὗ ἀναπηνιζόμεναι αἱ γυναῖκες τὰ βομβύκινα ἐπιβόλαια ὑϕαίνουσιν. ἐκ δὲ τῶν ἐν τοῖς ξύλοις καταδεδυκότων σκωλήκων οἱ λεγόμενοι καράμβιοι γίνονται, ἐκ δὲ τῶν σίμβλων πρασοκουρίδες,

551b27

Αἱ δ' ἐμπίδες γίνονται ἐκ τῶν ἀσκαρίδων.

24

ἐκ δὲ τῶν ἀσκαρίδων αἱ λεγόμεναι ἐμπίδες

557b25

Τὰ δ' ἐρινεὰ τὰ ἐν τοῖς ἐρινεοῖς ἔχουσι τοὺς καλουμέ-

νους ψῆνας. Γίνεται δὲ τοῦτο πρῶτον σκωλήκιον, εἶτα περιρραγέντος τοῦ δέρματος ἐκπέτεται τοῦτο ἐγκαταλιπὼν ὁ ψήν, καὶ εἰσδύεται εἰς τὰ τῶν συκῶν ἐρινεά, καὶ διὰ στιγμάτων ποιεῖ μὴ ἀποπίπτειν τὰ ἐρινεά· διὸ περιάπτουσί τε τὰ ἐρινεὰ πρὸς τὰς συκᾶς οἱ γεωργοί, καὶ φυτεύουσι πλησίον ταῖς συκαῖς ἐρινεούς.

25

ἐκ δὲ τῶν συκίνων ἐρινεῶν γίνεται σκωλήκια, εἶτα ἐκ τούτων ἐξίασιν οἱ καλούμενοι ψῆνες, οἳ εἰσδυόμενοι εἰς τὰ τῶν συκῶν ἐρινᾶ ποιοῦσι μὴ ἀποπίπτειν αὐτά. διὸ καὶ οἱ γεωργοὶ περιάπτουσι τὰ ἐρινᾶ ταῖς συκαῖς, καὶ ἐγγὺς τῶν συκῶν ἐρινεοὺς ϕυτεύουσι.

552b6

καὶ γὰρ ἐν τοῖς δοκοῦσιν ἀσηπτοτάτοις εἶναι ἐγγίνονται

ζῷα, οἷον ἐν χιόνι τῇ παλαιᾷ. Γίνεται δ' ἡ παλαιὰ ἐρυ-

θροτέρα, διὸ καὶ οἱ σκώληκες τοιοῦτοι καὶ δασεῖς· οἱ δ' ἐκ τῆς ἐν Μηδίᾳ χιόνος μεγάλοι καὶ λευκοί· δυσκίνητοι δὲ πάντες. Ἐν δὲ Κύπρῳ, οὗ ἡ χαλκῖτις λίθος καίεται, ἐπὶ πολλὰς ἡμέρας ἐμβαλλόντων, ἐνταῦθα γίνεται θηρία ἐν τῷ πυρί, τῶν μεγάλων μυιῶν μικρόν τι μείζονα, ὑπόπτερα, ἃ διὰ τοῦ πυρὸς πηδᾷ καὶ βαδίζει.

26

γίνεται δέ, ϕησὶν ὁ ’Αριστοτέλης, καὶ ἐν πυρὶ καὶ ἐν χιόνι ζῷα μικρὰ καὶ δυσκίνητα τὰ λεγόμενα πυριγενῆ.

HA605b5 ?

 Πάντα δὲ τὰ ἔντομαἀποθνήσκει ἐλαιούμενα

27

πάντα δὲ τὰ κατηριθμημένα ζῷα ἄναιμα συμβέβηκεν εἶναι καὶ τελευτᾶν ἐλαίου αὐτοῖς ἐπισταζομένου, καθάπερ καὶ τὰ ἔντομα πάντα.

28

ὅθεν αἱ μέλισσαι τοὺς τῷ μύρῳ χρωμένους καὶ εἰσιόντας τύπτουσαι ἀποδιωθοῦνται ὡς πολεμίου τοῦ λίπους ὄντος·

29

διὸ δὴ ἀλιπεῖς πειρῶνται προσάγειν αὐταῖς, ἐν Αἰγύπτῳ δὲ καὶ ἐξυρημένοι τὰς κεϕαλάς, ἵνα μηδεμία ἰκμασία λίπους λείπηται.

  • 43  Pour les segments 14 & 23 le texte d’Aristophane permet de restituer dans une lacune identifiée pa (...)
  • 44  Voir en particulier segment 25. On a même le sentiment, parfois, d’une copie mécanique, voir B 22  (...)

38Cette section ne porte pas sur la reproduction des ἔντομα en général (qui n'est pas traitée dans la Syllogé) et ne retient de toutes les problématiques abordées dans l'œuvre du Stagirite que deux questions marginales et particulières qui sont 1) la reproduction des abeilles ; 2) la génération spontanée. Le développement est clairement constitué à partir du livre III (chapitre 10) de Génération des Animaux (sur les abeilles), et de deux passages du livre V de Histoire des Animaux (sur la « génération automatique »). Les parallèles retenus sont sûrs43, et Aristophane suit parfois son hypotexte avec une grande fidélité44. L'abrégé de l’Epitomé présente un ordre original et se divise en quatre sous-sections : 1/ introduction générale ; 2/ problème de la génération des abeilles ; 3/ liste des animaux naissant par génération spontanée ; 4/ remarques conclusives revenant au cas des abeilles. Les deux unités médianes sont les plus claires : la première (sg. 5-11) constitue une séquence (GA, 759 a 8-b 31), puisqu’à cette échelle les petits retours en arrière (entre sg. 2-4 et sg. 5-10) ne sont pas significatifs ; la seconde (sg. 12-29) correspond, elle, à une sorte de macro-séquence reposant sur deux passages sources qui sont combinés (HA, 551 a 1-552 b 6 et HA, 557 b 1-25). Dans le détail, comme on peut le voir par les blocs de segments que nous avons formés, on constate cinq régressions à l’intérieur du premier passage source, et trois intrusions ponctuelles du deuxième passage source dans le tissu de la séquence. L’organisation de l’unité suggère deux opérations successives, le deuxième passage source ayant été sans doute inséré dans une séquence inspirée de HA, 551 a sq. On peut aussi imaginer l’utilisation simultanée de ces trois passages, ou le recours, par Aristophane, à une synthèse déjà existante de ces trois textes thématiquement liés.

  • 45  Lambros, pour une fois, ne propose aucun parallèle. Pourtant on trouve dans le cinquième livre de (...)
  • 46  Pour le segment 27, voir B 120 qui reprend la donnée : πάντα τὰ ἔντομα καὶ πάντα τὰ κολεόπτερα ἐλα (...)
  • 47  Le segment 27 est une banalité dont la source est sans doute ailleurs ; le segment 28 trouve un éc (...)
  • 48  Le segment 5 paraît, en revanche, une interpolation de copiste (Lambros, 1885 : 8)

39Le premier segment, selon lequel « la plupart des arthropodes s’accouplent et se reproduisent en automne » est un complément de l’épitomateur, qui correspond à une rubrique presque systématique dans l’Epitomé (la date de reproduction) et qui n’a pas d’équivalent totalement satisfaisant dans l’œuvre d’Aristote45. La formule est par ailleurs erronée. La dernière unité, qui développe un thème typiquement alexandrin ou paradoxographique (l'antipathie)46, est aussi d’origine mystérieuse, et en tout cas étrangère à Aristote47. Trois écarts sont à signaler : l’intrusion d’une parenthèse (« et en particulier le sophiste Birsis (sic) » : sg. 5) et de deux termes inconnus d’Aristote (κηροδύται, πυριγενή : sg. 15, 26). Ces éléments sont des ajouts étrangers à Aristote dus sans doute à l’epitomator. Ainsi le travail de l'épitomateur se mesure non seulement à la finesse de la rhapsodie de segments aristotéliciens, mais à l'élaboration d'un cadre général (introduction et conclusion), la construction de la section (de la sexualité des abeilles à l'antipathie entre elles et les parfums), et l'ajout de données non aristotéliciennes (segments 15, 18, 27, 28, 29)48.

  • 49  Les Ζῳικά péripatéticiens (frg. 319-322 Rose), indûment identifiés à l 'Epitomé d'Aristophane (par (...)
  • 50  voir Hellmann 2010.
  • 51  Les données de ce type sont nombreuses (voir en particulier A 88-94, 98, 143, B 251 ; cf. Lambros, (...)

40La complexité dans le détail du patch-work de citations semble exclure une épitomisation immédiate et suggère plusieurs étapes de relevés et d'annotation de données. Comme plus d'une centaine d'années sépare l'œuvre d'Aristophane de celle d'Aristote, on est tenté de supposer des éditions intermédiaires proposant déjà une réorganisation de la banque de données aristotélicienne, ou un brouillon sous forme d' ὑπομνήματα49. La justification que donne Aristophane de son travail (réorganiser pédagogiquement le savoir zoologique d'Aristote) ne suppose pas nécessairement qu'il travaille à partir de l'édition que nous connaissons et tenons pour « l'originale » ; il peut avoir proposé une nouvelle organisation générale ou sélection de sujets zoologiques, à partir d'une édition alexandrine plus copieuse ou conservant une logique thématique proche des traités originaux. Aussi bien pour l'anatomie que pour la génération, la locomotion voire diverses particularités spécifiques, les données d'Aristote sont réparties ou reprises dans les différents traités et leur simple rassemblement constitue déjà un travail de mise en forme important qui a dû précéder l'abréviation d'Aristophane et la disposition monographique (par fiche animale) qu'il suit dans le deuxième livre. Quoi qu'il en soit des étapes de la tradition secondaire des traités zoologiques à la période alexandrine50, le texte aristophanien paraît à la fois beaucoup plus libre, stylistiquement et structurellement, de sa source que l'épitomé d'Élien ; et innovant par rapport à sa source puisqu'il apporte des données originales51.

4.3. La section aristophanienne sur le loup

41Le livre B de la Syllogé s'ouvre sur un synthèse anatomique (B 4-30), qui constitue une partie homogène, dérivée presque exclusivement et de façon suivie du premier livre de HA (495a7-497a33). Ce digest d'anatomie humaine, rédigé sous forme de notations lapidaires, reproduit généralement, en les enrichissant parfois, les informations aristotéliciennes, et relève du même modèle de copie que la partie du livre A consacrée à la génération. Mais le livre B est principalement (à partir de B 37…) un album zoologique, composé de chapitres consacrés à un animal, dans lesquels sont proposés d'abord une section aristophanienne empruntée à l'Epitomé, puis une série de textes, extraits ou abrégés, de divers auteurs (voir supra). Dans ces chapitres consacrés aux animaux, la section aristophanienne offre une fiche systématique (même si elle est souvent incomplète) et originale. Pour ces sections, qui se présentent comme des listes d'attributs, étant donné le caractère récurrent de certaines informations, le patron aristotélicien est moins aisé à établir. Voici la section tirée de l'Epitomé pour le loup (B 207-216) :

1 — ‘Ο λύκος ἔστι μὲν καὶ αὐτὸς καρχαρόδους
2 — καὶ τῶν πολυσχιδῶν,
3 — βαδίζει δὲ κατὰ διάμετρον.
4 — ἔχει δὲ τὸν αὐχένα μονοσπόνδυλον, καθάπερ ὁ λέων.
5 — αἰδοῖον δὲ ἔχει ὀστῶδες καθαρὸν καθάπερ ὁ ἀλώπηξ καὶ ἡ γαλῆ.
6 — ἀνατμηθεὶς δὲ ἔχει γλῶτταν μεγάλην καὶ παχεῖαν,
7 — πνεύμονα ὀκτάλοβον,
8 — ἧπαρ ἑξάλοβον,
9 — κοιλίαν κυνὸς ὁμοίαν,
10 — τὰ δ’ ἄλλα ὅμοια κυνί.
11 — ὀχεύεται δὲ καὶ ὀχεύει ὁ λύκος <κατὰ μίαν ὥραν>, τὰ δ’ ἄλλα πράσσει περὶ τὴν ἔκτεξιν ὅμοια κυνί.
12 — ἴδιον δὲ ἔχει τοῦτο· καὶ καρχαρόδους γὰρ ὑπάρχων,
13 — ἔστι καὶ σαρκοϕάγος. ἐπιτίθεται δὲ μᾶλλον μὲν ὄνῳ, εἶτα βοΐ, καὶ κατὰ ϕλέβα λύων αἱμοποτεῖ.
14 — λέγεται δὲ τοὺς μονολύκους καὶ ἀνθρώποις ἐπιτιθεμένους σαρκοϕαγεῖν.
15 — ‘Ιστορεῖ δὲ περὶ τὴν Μαιῶτιν λίμνην τοὺς λύκους ἐπὶ τοσοῦτον συνήθεις εἶναι τοῖς τὴν ἄγραν τῶν ἰχθύων ποιουμένοις, ὥστε καὶ συναναιρεῖσθαι τοῖς ἰχθυοθήραις τῶν ληϕθέντων τοὺς ἡμίσεις. εἰ δέ ποτε μὴ δῶσι δοκοῦντες λήσεσθαι, τὰ δίκτυα αὐτῶν ψυχόμενα κατασχίζουσι.
16 — Ζῇ δὲ ὁ λύκος ὅσα περ καὶ ὁ κύων ἔτη.

  • 52  Sur la richesse d'informations d'Aristophane, supérieure sur certains points à celle d'Aristote, v (...)

42Voici le patron le plus vraisemblable, si l’on procède à une enquête génétique du texte et ne retient qu’un seul passage source par segment : 1 ? 2 ? 3 (ab HA 490 b 3). 4 (ab PA 686 a 21-22). 5 (ab HA 500 b 22-25). 6-10 ? 11 (ab HA 580 a 11-14). 12 ? 13 (ab HA 609 b 1). 14 (ab HA 594 a 29). 15 (ab HA 620 b 5). 16 ? La section n’offre logiquement aucune séquence, à la différence de la section sur la reproduction des arthropodes, puisque son cadre est propre à l’Epitomé et constitue justement une de ses raisons d'être. Mais neuf segments sur seize, soit près de la moitié, n’ont pas de source repérable dans le corpus d’Aristote. Des indications et des termes absents du corpus aristotélicien et récurrents dans l'Epitomé (ὀκτάλοβος, ἑξάλοβος) montrent l'intégration de données systématisées et prouvent, du point de vue générique, que l'Epitomé est aussi un prolongement et une amplification du texte aristotélicien52.

43Les trois premiers segments (B 207) qualifiant les dents, les pieds et la marche correspondent à des connaissances générales et synthétiques, mais qui ne sont pas systématiques dans HA. Le segment 16 (B 216) est une extrapolation à partir du chien : on ne trouve nulle part l’indication de la longévité du loup et la mention de ce point consiste ici en un simple renvoi. Effectivement Aristote ne précise pas la longévité de tous les mammifères et si Aristophane s’est donné comme programme de signaler ce caractère (voir B1 : ἐπὶ πᾶσι δὲ... πόσα δύναται ζῆν ἔτη), il est contraint soit de puiser à une autre source, soit de combler la rubrique par une extrapolation, soit…d’omettre cette information. En fait, on ne trouve cette mention que pour neuf animaux sur les vingt-deux traités par Aristophane (pour un total de vingt-six animaux dans la Syllogé), alors qu’Aristote ne donne, lui, d’indication que pour six : l’éléphant, le chien, le chat, le chameau, le cerf et le cheval. Pour le lion, comme pour le loup, Aristophane, sans proposer de chiffre, renvoie au cas du chien ; pour l’ours (B 336), le texte donne le nombre de « trente années plus ou moins », qui a pu être glissé ultérieurement, ce sujet étant par ailleurs traité de façon assez suspecte.

  • 53  Sur l'ouvrage en 7 livres Ἀνατομαί, d'origine ou d'inspiration aristotélicienne, voir Moraux, 1951 (...)

44Le manque principal de source aristotélicienne concerne l’anatomie interne (B 210) : la langue, le poumon, le foie, l’estomac (segments 6-10). On pourrait penser que, là aussi, les informations sont extrapolées à partir du chien qui est une référence commune pour les fissipèdes. Cette interprétation est admissible pour les segments 9 et 10, qui se contentent de renvoyer à l’anatomie du chien ; elle est vraisemblable pour 7 et 8, puisque le nombre de lobes pulmonaires et hépatiques du loup est le même que celui du chien. Reste l’information concernant la langue « grande et épaisse » du loup, qui fait pendant à l’énigmatique description de la langue, au contraire, « fine et longue » du chien (B 167). En vérité, la nature de la langue est un détail anatomique qui est donné pour six animaux alors que seule la langue de l’éléphant est décrite par Aristote. Si la mention n’est pas systématique elle est du moins insistante de la part d’Aristophane, malgré un silence sur ce point plus profond d’Aristote. Il nous semble possible d’interpréter la présence de ce détail dans la Syllogé de deux façons : soit elle découle de la considération des planches anatomiques du corpus ancien, qui devaient compléter les informations lacunaires, données seulement à titre d’exemple et au passage par le Stagirite dans les traités rédigés53 ; soit elle provient d’un dossier élaboré ultérieurement et enrichi de données absentes du corpus aristotélicien, qu’Aristophane ait lui-même intégré cette indication, ou qu’elle ait été ajoutée par un des intermédiaires entre Aristophane et la Syllogé. L’absence de régularité de cette indication suggère comme plus vraisemblable la seconde solution, d’autant que la première ne rendrait pas compte de la présence d’indications originales qui ne pouvaient pas figurer dans le recueil de planches, comme celle qui concerne ici la longévité. Ainsi la section aristophanienne sur le hérisson comporte quatorze segments anatomiques (B 424-426) sur lesquels un seul trouve un équivalent chez Aristote (B 426a).

4.4. Les ajouts d’Aristophane

45Les ajouts d'Aristophane sont donc fréquents, et pour certains manifestes. Le paragraphe A 98 invoque ainsi, de façon explicite, l’autorité de Théophraste pour garantir une affirmation aristotélicienne :

« Théophraste confirme l’affirmation d’Aristote, qui se trouve dans le cinquième livre du traité Sur les animaux, selon laquelle celui qu’on nomme Osiris est né sans accouplement »

Μαρτυρεῖ δὲ Θεόφραστος λέγοντι Ἀριστοτέλει ἄνευ ὀχείας γίνεσθαι τὸν λεγόμενον Ὄσιριν ἐν τῷ πέμπτῳ τῶν Περὶ ζῴων.

  • 54  Voir dans ce numéro l'article de Hellmann, qui repère ces marqueurs également dans le traité dériv (...)
  • 55  L’incise φησι sert souvent à clarifier l’identité de l’énonciateur (Aristote), lorsqu’Aristophane (...)

46Rien ne s’oppose à ce que cette insertion métatextuelle soit d’Aristophane lui-même. L’attribution à un scholiaste de ces éléments étrangers à la source est toujours possible mais elle pose problème lorsque les éléments sont fortement intégrés dans la structure du texte. Lambros (1885 : XIV) remarque déjà, dans sa préface, que le texte aristophanien est effectivement plus riche que les parallèles aristotéliciens, mais il n’en tire pas toutes les conséquences. Aristophane, dans son compte rendu de l’œuvre d’Aristote, exprime aussi sa propre culture générale, et recourt presque sûrement à des éditions intermédiaires. Voici toutes les références critiques d’Aristophane à l’œuvre d’Aristote qu’il épitomise, et au discours de son auteur (A 1-B 39)54 : Ἀριστοτέλης : A35, 37, 55, 57, 80, 98 ; B 1, 5, 6, 18,26 ; φησι (scil. Aristote) : A35, 35, 37, 55, 56, 58, 60, 61, 61, 62, 66, 68, 72, 75, 77, 77, 77, 78, 79, 79, 80, 81bis, 84, 88, 88bis, 88bis, B 11, 21, 26 ; ἀπορεῖ, ἐναπορεῖ, διαπορεῖ (scil. Aristote) : A35, 35, 55, 59, 66 ; οἴεται (scil. Aristote) : A89, 89, 93, 94, 94 ; ἐπιμέμφεται : A57 ; ἀντιλέγει : A58, A62 ; ἀρέσκει αὐτῷ λέγοντι : A88 ; λέγοντι : A98 ; ἐκλελάληκει : B5 ; οὐκ εἴρηκεν : B18, 2655.

4.5. Epitomé atypique ou exemplaire ?

  • 56  Voir Hellmann, 2010 : 562 : « Ein weiteres Problem besteht nämlich darin, dass wir nicht sicher wi (...)

47L'Epitomé d'Aristophane se distingue donc nettement de l'épitomé de l'ouvrage d'Élien, dispersé dans les chapitres (série I), par la complexité de son rapport hypertextuel, ses innovations lexicales et ses ajouts ; et les deux types qu'ils offrent (Epitomé 0, Epitomé AB) permettent difficilement de définir un genre précis. L'analyse méthodique de l'ouvrage d'Aristophane, selon notre hypothèse séquentielle, met en lumière une procédure matérielle d'extraction juxtalinéaire, un travail de copie texte à texte, et exclut une composition ordonné par la mémoire. Mais le détail de la construction reste néanmoins complexe et la confrontation du texte et de l'hypotexte ne permet pas d'établir un recoupement complet avec le texte aristotélicien. Les écarts, les confusions ou les interpolations, que l'on suppose rédactionnels, peuvent être des accidents et des corruptions dans la transmission textuelle ; on peut aussi faire l'hypothèse, à mon avis peu probable, que la Syllogé n'a pas reproduit intégralement le texte d'Aristophane, mais l'a réduit voire aménagé56. Mais ces concessions ne pourraient suffire à rendre compte de l'hétérogénéité de la pratique de condensation d'Aristophane, qui constitue une véritable récriture.

48La Syllogé offre un précieux exemple de chaîne (Aristote-Aristophane-Élien-Syllogé) qui montre combien le travail d'Aristophane peut être une recréation plus originale même que la reprise de ce dernier par Élien, auteur qui se targue pourtant de faire une œuvre personnelle et stylistiquement originale (NA, praef & epil.) :

Aristote HA, 612 a 5 : Καὶ αἱ κύνες δ' ὅταν τι πονῶσιν, ἔμετον ποιοῦνται φαγοῦσαί τινα πόαν. HA 593b28 : Ἔστι δὲ τὸ τῶν ὄρνεων γένος πᾶν μὲν ὀλιγόποτον, οἱ δὲ γαμψώνυχοι καὶ ἄποτοι πάμπαν, εἰ μή τι ὀλίγον γένος καὶ ὀλιγάκις. 488a5 : γαμψώνυχον δ' οὐδὲν ἀγελαῖον

Lorsque les chiens sont malades ils se font vomir en mangeant une herbe particulière. La classe entière des oiseaux boit peu, et les oiseaux à serres recourbées ne boivent même pas du tout, à l’exception d’un groupe réduit, qui boit de temps en temps. Aucun oiseau à serres recourbées ne vit en troupe.

Aristophane Syll. A 110-114 (Epitomé d’Aristote) : μόνος ἄνθρωπος καὶ κύων ἐμεῖ. τῶν ἀνθρώπων ἡ καρδία κεῖται ὑπὸ τὸν ἀριστερὸν μαστόν, τοῖς δὲ ἄλλοις ζῴοις ἐν μέσοις τοῖς στήθεσι. τοῦ ἀνθρώπου ἡ καρδία τρεῖς κοιλίας ἔχει, τῶν ἄλλων ζῴων δύο. Μόνου τοῦ ἀνθρώπου μέλλοντος μεταλλάσσειν οἱ ἐν τῇ κεφαλῇ φθεῖρες γίνονται. μόνου τοῦ ἀνθρώπου τεθνηκότος αἱ τρίχες αὔξονται. Μόνου τοῦ ἀνθρώπου ζῶντος ὁ ἐγκέφαλος θιγγανόμενος ψυχρότατός ἐστι, τῶν δὲ ἄλλων ζῴων θερμός. Οὐδὲν τῶν γαμψωνύχων ζῴων οὔτε πίνει οὔτε οὐρεῖ οὔτε συναγελάζεται

L’homme est le seul avec le chien à vomir. Le cœur chez l’homme est situé sous le sein gauche, alors qu’il est au milieu de la poitrine chez les autres animaux. Le cœur de l’homme a trois cavités au lieu de deux chez les autres animaux. L’homme est le seul être à avoir des poux qui lui naissent sur la tête quand il va mourir. L’homme est le seul dont les poils poussent après la mort. L’homme est le seul dont le cerveau, de son vivant, est totalement froid au toucher, alors qu’il est chaud chez les autres animaux. Aucun oiseau à serres recourbées ne boit, n’urine ni ne vit en troupe.

Élien NA, 4.20 (« épitomé » d’Ari. Byz.) : Ἀνθρώπου μόνου καὶ κυνὸς κορεσθέντων ἀναπλεῖ ἡ τροφή. καὶ τοῦ μὲν ἀνθρώπου ἡ καρδία τῷ μαζῷ τῷ λαιῷ προσήρτηται, τοῖς γε μὴν ἄλλοις ζῴοις ἐν μέσῳ τῷ στήθει προσπέπλασται. γαμψώνυχον δὲ ἄρα οὐδὲ ἓν οὔτε πίνει οὔτε οὐρεῖ οὔτε μὴν συναγελάζεται ἑτέροις.

L’homme et le chien sont les seuls êtres à vomir leur nourriture lorsqu’ils ont beaucoup mangé. Par ailleurs, le cœur de l’homme est fixé au sein gauche, alors qu’il est attaché au milieu de la poitrine chez les autres animaux. Il n’y a pas un seul oiseau de proie qui boive ou qui urine, et pas un seul non plus qui soit grégaire.

Ari Byz B 61-62 (eklogé d’Élien) : Ἀνθρώπου μόνου καὶ κυνὸς κορεσθέντων ἡ τροφὴ ἀναπλεῖ. καὶ τοῦ μὲν ἀνθρώπου ἡ καρδία τῷ μαζῷ τῷ λαιῷ προσήρτηται, τοῖς γε μὴν ἄλλοις ζῴοις ἐν μέσῳ τῷ στήθει προσπέπλασται. (62) Γαμψώνυχον δὲ ἄρα οὐδὲ ἓν οὔτε πίνει οὔτε οὐρεῖ οὔτε συναγελάζεται ἑτέροις.

L’homme et le chien sont les seuls êtres à vomir leur nourriture lorsqu’ils ont mangé beaucoup. Par ailleurs, le cœur de l’homme est fixé au sein gauche, alors qu’il est attaché au milieu de la poitrine chez les autres animaux. Il n’y a pas un seul oiseau de proie qui boive ou qui urine, et pas un seul non plus qui soit grégaire.

Conclusion sur l'Epitomé

  • 57  Si l’on considère que tout segment aristophanien a une source unique et que l’on sélectionne parmi (...)
  • 58  Un seul paragraphe de ce chapitre peut dériver d’un autre traité (A 15 < PA, 690 b 10) mais dans c (...)

49L'Épitomé d'Aristophane de Byzance est un texte plus complexe encore que notre analyse ne l'a montré. Nous avons porté notre attention sur les parties relevant apparemment le plus nettement de l'epitomé. Mais, du point de vue des pratiques d'emprunt et de composition il faut distinguer cinq parties dans l'œuvre : un vademecum terminologique (A1-27 = I), un abrégé sur la génération (A27-97 = II), un cahier de curiosités (A97-154 = III), un abrégé sur l’homme et surtout son anatomie (B1-39 = IV), une série de fiches signalétiques animales (B40-625 = V). Les opérations ne sont pas techniquement identiques dans les cinq parties. Du point de vue de l’analyse séquentielle (étudiant le suivi de lecture de l’epitomator avec pour horizon l’unité thématique) seuls les abrégés (II & IV) attestent une recension directe du texte aristotélicien selon une méthode de travail apparente, au service d’une construction thématique rigoureuse ; et le corpus de travail utilisé par Aristophane comprend uniquement, parmi les œuvres aristotéliciennes, HA et GA. Les fiches signalétiques (V) présentes au livre B, qui sont une forme extrême d'abrégé, ne manifestent, en revanche, aucune cohérence séquentielle et utilisent principalement HA, peut-être exceptionnellement complété pour quatre détails par PA57; elles suivent systématiquement le même ordre thématique (propre à Aristophane) et développent successivement cinq rubriques. Le vademecum qui sert de préambule au livre A dérive primitivement et exclusivement de HA58, mais il est trop sommaire pour qu’on puisse garantir les passages source, et il propose une réorganisation élaborée qui ne repose pas sur une opération d’extraction constante à partir du texte. Le cahier, enfin, est totalement mêlé et confus tant dans sa composition générale que dans sa production à partir d’Aristote, et il utilise apparemment toutes les œuvres zoologiques du corpus aristotélicien.

  • 59  Fait exception la section (A 46-52) sur la durée de la gestation (qui emprunte à HA, VI) : elle es (...)

50Du point de vue stylistique nous retrouvons le même clivage. Les abrégés se distinguent par leur rédaction soignée et, le premier surtout (II), par une phraséologie développée et rigoureuse qui imite celle d’Aristote59. L’abrégé du livre B (IV), qui suit exactement sa source, est une condensation qui représente un moindre travail de composition et de style. La particularité du vademecum (I), du cahier (III), et des fiches (V) est d’être constitués de notes à peine rédigées, formant une sorte de catalogue d’informations qui, dans le cas du cahier, sont même hétéroclites et inorganisées. Les fiches présentent une forme ambiguë puisqu’elles sont en partie rédigées (pour les informations dérivant assez directement du texte aristotélicien) et en partie « sténographiques » (pour la rubrique anatomique). Le cahier est le plus mal tenu et les phrases de ce pot-pourri de bizarreries d’origine variée se réduisent généralement à quelques mots.

  • 60  Les planches anatomiques consultées peut-être par Aristophane étaient sans doute accompagnées de l (...)

51Du point de vue informatif, l’essentiel de l’Epitomé repose sur l’Histoire des Animaux. La documentation aristotélicienne complémentaire comprend GA, quelques fragments de PA, et peut-être le recueil de planches anatomiques (les ἀνατομαί), mais aucun autre traité (ni les Parva naturalia, ni le De incessu, ni le De motu, ni les Problemata) ne fait partie de sa documentation immédiate. Les erreurs ou malentendus sur le texte d’Aristote sont relativement rares. En revanche les ajouts sont très divers et très nombreux dans toutes les unités à la fois rédactionnelles et thématiques que nous avons distinguées. Ces ajouts ont pu, théoriquement, être intégrés par Aristophane ou par des copistes, mais certains appartiennent sans doute à la version originale. Les fiches signalétiques élaborées par Aristophane comprennent ainsi de nombreuses informations anatomiques introuvables chez Aristote, et que l’on peut difficilement suppléer sans une documentation spécialisée60.

  • 61  L'école péripatéticienne a joué un rôle important dans le développement de formes éditoriales de t (...)

52Ces différents aspects se recoupent et conduisent à distinguer et valoriser l’originalité des abrégés et à les considérer comme les seules parties de l’Epitomé qui proviennent d’un travail direct sur le texte et sont attribuables à Aristophane lui-même. Pour les autres sections dites aristophaniennes l’existence de recueils intermédiaires utilisés par Aristophane est vraisemblable voire, en ce qui concerne le cahier, pratiquement certaine. La partie inaugurale du premier livre que nous avons qualifié de vademecum est une synthèse élaborée qui suppose plusieurs opérations d’extraction et de mise en ordre. Son caractère schématique, parfois confus, et l’absence de rigueur dans le choix des attributs secondaires des classes zoologiques définies nous font douter qu’elle soit en l’état l’œuvre d’Aristophane directement, même si cette hypothèse n’est pas exclue. Il est vraisemblable que la nécessité d’un tel lexique s’est imposée assez tôt dans les milieux péripatéticiens et il a dû être constitué au Lycée. Aristophane en a seulement hérité et en a fait judicieusement sa préface. Le cahier (III) est très vraisemblablement un recueil ancien, largement corrompu et dépareillé, issu de la tradition paradoxographique, un exemple typique de συναγωγὴ φυσικῶν θαυμασίων. L’existence d’un catalogue détaillé et systématique des particularités des animaux, constitué par des péripatéticiens zoologues comme Théophraste, Cléarque de Soles ou Straton de Lampsaque, à partir de la banque de données aristotéliciennes et de documents annexes est une hypothèse raisonnable qui expliquerait l’enrichissement des fiches aristophaniennes61. Les parties I, III et V confirment l'impression laissée même par les parties moins élaborées (II & IV) : Le remaniement stylistique important, la réorganisation profonde et la complexité des sections de l'Epitomé suggère une succession d’étapes réalisées par des acteurs différents, qui indique une banalisation et vulgarisation considérable du texte d’Aristote avant Aristophane.

53Une étude d'ensemble méthodique des cinq parties montrerait le caractère à la fois hétéroclite et original de cette œuvre pour lequel le terme d'épitomé, même à le prendre dans son sens le plus large, semble erroné. Il s’agit davantage d’un guide naturaliste inspiré d'Aristote, un manuel s'apparentant davantage, pour la forme, au type libre des ὑπομνήματα, et pour l'usage à un ἐγχειρίδιον ou à une εἰσαγωγή.

Haut de page

Bibliographie

Bodenheimer F. S. & Rabinowitz Alexander, Timotheus of Gaza on animals Peri zôon. Fragments of a Byzantine paraphrase of an animal-book of the 5th. Century A.D. Collection des Travaux de l’Académie internationale d’Histoire des Sciences, 3, 1949.

Brunt P. A., « On historical fragments and epitomes », Classical Quarterly, 30, 1980, p. 477-494

de Stefani Ed. Luigi, « Per l'Epitome Aristotelis De Animalibus di Aristofane di Bizanzio », Studi Italiani di Filologia Classica, 12, 1904, p. 421-445.

de Stefani Ed. Luigi, « Un epitome laurenziana della Sylloge Constantini de Natura Animalium », Studi Italiani di Filologia Classica, 20, 1913, p. 189-203.

Dorandi Tiziano, Le Stylet et la tablette. Dans le secret des auteurs antiques, 2000, Paris : Belles Lettres

Flusin Bernard, « Logique d’une anti-histoire : les Excerpta constantiniens », in S. Pittia (éd.), Fragments d’historiens grecs. Autour de Denys d’Halicarnasse, « Collection de l’École française de Rome 298 », École française de Rome, 2002, p. 537-559.

Fögen Thorsten, « Zur Transformation griechischer Wissensbestände durch römische Fachschriftsteller. Aspekte des Fachübersetzens in der Antike », in Gerda Hassler, Gesina Volkmann (eds), History of Linguistics in Texts and Concepts, II, 2004, p. 433-454.

Franga Liviu, « À propos de l’Epitomé de Justin », Latomus, XLVIII, 1988, p. 868-874

Genette Gérard, Palimpsestes : La littérature au second degré, Paris : Seuil, 1982.

Gigon O., Aristotelis Opera, III, Berlin/New York, 1987

Georgoudi Stella, Des Chevaux et des bœufs dans le monde grec. Réalités et représentations animalières à partir des livres XVI et XVII des Géoponiques, Paris-Athènes, Daedalus, 1990

Irigoin Jean, Tradition et critique des textes grecs, Paris, Belles Lettres, 1997 

Irigoin Jean, La Tradition des textes grecs. Pour une critique historique, Paris, Belles Lettres, 2003

Hägg Tomas, Photios als Vermittler antiker Literatur. Untersuchungen zur Technik des Referierens und Exzerpierens in der Bibliotheke, Uppsala, 1975

Haupt Moritz, Opuscula, III, p. 272-302, 1875-1876 (ed. princ. : Hermae, III, 1869, p. 1 sq), [Excerpta de Timothée = codex Augustanus (Tim.)].

Hellmann Oliver, « Peripatetic Biology and the Epitome of Aristophanes of Byzantium », in : W. W. Fortenbaugh, S. A. White (ed.), Aristo of Ceos, Text, Translation and Discussion, « Rutgers Studies in Classical Humanities 13 », New Brunswick 2006, 329-359

Hellmann Oliver, « Antike Verkürzungen biologischer Texte », in : M. Horster, Ch. Reitz (Hg.), Condensing texts — Condensed texts, Stuttgart 2010, p. 555-583

Lambros Spyridon P., Excerptorum Constantini De Natura Animalium Libri Duo : Aristophanis Historiae Animalium Epitome, Supplementum Aristotelicum, 1/1, Berlin, 1885.

Le Boulluec Alain, « Extraits d’œuvres de Clément d’Alexandrie : la transmission et le sens de leurs titres », in : J. C. Fredouille & M.-O. Goulet-Cazé, Ph. Hoffmann, P. Petitmengin (éd.), Titres et articulations du texte dans les œuvres antiques, « Collection des études augustiniennes », série Antiquité, 52, Paris, 1997, p. 287-300.

Lemerle Paul, Le premier humanisme byzantin. Notes et remarques sur enseignement et culture à Byzance des origines au xe siècle, Paris, PUF, 1971.

Marcotte Didier, « Structure et caractère de l'œuvre historique d'Agatharchide », Historia : Zeitschrift für alte Geschichte, 50 (4), 2001, p. 385-435.

Mattock John N., « The supposed Epitome by Themistius of Aristotle’s Zoological Works », Akten des VII Kongresses für arabistikislam. Wissenschaft, 1976, p. 260-267.

Micunco Stefano, La géographie dans la Bibliothèque de Photios : le cas d'Agatharchide, thèse, Reims, 2008.

Moraux Paul, Les listes anciennes d'Aristote, 1951, Louvain.

Nemeth András, Imperial Systematization of the Past. Emperor Constantine VII and His Historical Excerpts, thesis, Budapest, 2010.

Nogara Antonio, « Note sulla composizione e la struttura della “Biblioteca” di Fozio », RSBS, 5, 1985, p. 11-57.

Odorico P., « La cultura della syllogé », Byzantinische Zeitschrift, 83, 1990, p. 1-23.

Opelt Ilona, « Epitome », Reallexikon für Antike und Christentum 5, p. 944-973.

Regenbogen Otto, « Theophrastos », RE, supp. VII, 1940, col. 1354-1562.

Reynolds L. D. & Wilson Nigel G., D’Homère à Erasme. La transmission des classiques grecs et latins, CNRS, 1984 (1re ed. angl. 1968).

Roberto Umberto, « Byzantine Collections of Late Antique Authors : Some remarks on the Excerpta historica Constantiniana », in : Martin Wallraff & Laura Mecella (ed.), Die Kestoi des Julius Africanus und ihre Überlieferung, 2009, Walter de Gruyter, Berlin, p. 70-84

Schamp Jacques, Photios, historien des lettres, Paris, Belles Lettres, 1987.

Wellmann Max, « Timotheos », Hermès, 1927, 62, p. 179-204.

Wellmann Max, « Alexandros von Myndos », Hermès, 1891, 481-566

Zucker Arnaud, « Sympathies et antipathies naturelles : au-delà du principe », in A. Balansard, G. Dorival, M. Loubet (ed.). Prolongements et renouvellement de la tradition classique, Etudes réunies en hommage à Didier Pralon. Presses Universitaires de Provence, 2011, p. 93-108.

Haut de page

Annexe

Annexe I : Denys d’Halicarnasse

Le premier texte est la version étendue du début du traité sur La composition stylistique (en gras est indiqué tout ce qui est littéralement repris dans l’Epitomé) ; le second texte est celui de l’Epitomé de ce texte (on a signalé par un soulignement les divergences syntaxiques avec l’original). L’édition est celle de H. Usener et L. Radermacher : Dionysius Halicarnassensis, De compositione verborum & De compositione verborum (epitome) « Dionysii Halicarnasei quae exstant, vol. 6 », Leipzig : Teubner, 1929.

1) ΔΙΟΝΥΣΙΟΥ ΑΛΙΚΑΡΝΑΣΕΩΣ ΤΟΥ ΠΕΡΙ ΣΥΝΘΕΣΕΩΣ ΟΝΟΜΑΤΩΝ

Δῶρόν τοι καὶ ἐγώ, τέκνον φίλε, τοῦτο δίδωμι’, καθάπερ ἡ παρ' Ὁμήρῳ φησὶν Ἑλένη ξενίζουσα τὸν Τηλέμαχον, πρώτην ἡμέραν ἄγοντι ταύτην γενέθλιον, ἀφ' οὗ παραγέγονας εἰς ἀνδρὸς ἡλικίαν, ἡδίστην καὶ τιμιωτάτην ἑορτῶν ἐμοί· πλὴν οὔτε χειρῶν δημιούργημα πέμπω σοι τῶν ἐμῶν, ὡς ἐκείνη φησὶ διδοῦσα τῷ μειρακίῳ τὸν πέπλον, οὔτ' ἐς γάμου μόνον ὥραν, καὶ γαμετῇ χάριν εὔθετον, ἀλλὰ ποίημα μὲν καὶ γέννημα παιδείας καὶ ψυχῆς τῆς ἐμῆς, κτῆμα δὲ [σοὶ] τὸ αὐτὸ καὶ χρῆμα πρὸς ἁπάσας τὰς ἐν τῷ βίῳ χρείας ὁπόσαι γίνονται διὰ λόγων ὠφέλιμον, ἀναγκαιότατον ἁπάντων χρημάτων, εἴ τι κἀγὼ τυγχάνω τῶν δεόντων φρονῶν, ἅπασι μὲν ὁμοίως τοῖς ἀσκοῦσι τοὺς πολιτικοὺς λόγους, ἐν ᾗ ποτ' ἂν ἡλικίᾳ τε καὶ ἕξει τυγχάνωσιν ὄντες· μάλιστα δὲ τοῖς μειρακίοις τε καὶ νεωστὶ τοῦ μαθήματος ἁπτομένοις ὑμῖν, ὦ Ῥοῦφε Μετίλιε πατρὸς ἀγαθοῦ κἀμοὶ τιμιωτάτου φίλων.

Διττῆς γὰρ οὔσης ἀσκήσεως περὶ πάντας ὡς εἰπεῖν τοὺς λόγους, τῆς περὶ τὰ νοήματα καὶ τῆς περὶ τὰ ὀνόματα, ὧν ἣ μὲν τοῦ πραγματικοῦ τόπου μᾶλλον ἐφάπτεσθαι δόξειεν ἄν, ἣ δὲ τοῦ λεκτικοῦ, καὶ πάντων ὅσοι τοῦ λέγειν εὖ στοχάζονται περὶ ἀμφοτέρας τὰς θεωρίας τοῦ λόγου ταύτας σπουδαζόντων ἐξ ἴσου, ἡ μὲν ἐπὶ τὰ πράγματα καὶ τὴν ἐν τούτοις φρόνησιν ἄγουσα ἡμᾶς ἐπιστήμη βραδεῖά ἐστι καὶ χαλεπὴ νέοις, μᾶλλον δὲ ἀδύνατος εἰς ἀγενείων καὶ μειρακίων πεσεῖν ἡλικίαν· ἀκμαζούσης γὰρ ἤδη συνέσεώς ἐστι καὶ πολιαῖς κατηρτυμένης ἡλικίας [ἡ τούτων κατάληψις] οἰκειοτέρα, πολλῇ μὲν ἱστορίᾳ λόγων τε καὶ ἔργων, πολλῇ δὲ πείρᾳ καὶ συμφορᾷ παθῶν οἰκείων τε καὶ ἀλλοτρίων συναυξομένη· τὸ δὲ περὶ τὰς λέξεις φιλόκαλον καὶ ταῖς νεαραῖς πέφυκε συνανθεῖν ἡλικίαις. ἐπτόηται γὰρ ἅπασα νέου ψυχὴ περὶ τὸν τῆς ἑρμηνείας ὡραϊσμόν, ἀλόγους τινὰς καὶ ὥςπερ ἐνθουσιώδεις ἐπὶ τοῦτο λαμβάνουσα τὰς ὁρμάς· οἷς πολλῆς πάνυ καὶ ἔμφρονος δεῖ τῆς πρώτης ἐπιστάσεώς τε καὶ ἀγωγῆς, εἰ μέλλουσι μὴ πᾶν ‘ὅ τι κεν ἐπ' ἀκαιρίμαν γλῶσσαν ἔπος ἔλθῃ’ λέγειν μηδ' εἰκῇ συνθήσειν τὰ προστυχόντα ἀλλήλοις, ἀλλ' ἐκλογῇ τε χρήσεσθαι καθαρῶν ἅμα καὶ γενναίων ὀνομάτων καὶ συνθέσει ταῦτα κοσμήσειν μεμιγμένον ἐχούσῃ τῷ σεμνῷ τὸ ἡδύ. εἰς δὴ τοῦτο τὸ μέρος, ὃ δεῖ πρῶτον νέοις ἀσκεῖσθαι, ‘συμβάλλομαί σοι μέλος εἰς ἔρωτα’ τὴν περὶ τῆς συνθέσεως τῶν ὀνομάτων πραγματείαν ὀλίγοις μὲν ἐπὶ νοῦν ἐλθοῦσαν, ὅσοι τῶν ἀρχαίων ῥητορικὰς ἢ διαλεκτικὰς συνέγραψαν τέχνας, οὐδενὶ δ'ἀκριβῶς οὐδ' ἀποχρώντως μέχρι τοῦ παρόντος ἐξειργασμένην, ὡς ἐγὼ πείθομαι. ἐὰν δ' ἐγγένηταί μοι σχολή, καὶ περὶ τῆς ἐκλογῆς τῶν ὀνομάτων ἑτέραν ἐξοίσω σοι γραφήν, ἵνα τὸν λεκτικὸν τόπον τελείως ἐξειργασμένον ἔχῃς. ἐκείνην μὲν οὖν τὴν πραγματείαν εἰς νέωτα πάλιν ὥραις ταῖς αὐταῖς προσδέχου θεῶν ἡμᾶς φυλαττόντων ἀσινεῖς τε καὶ ἀνόσους, εἰ δή ποτε ἡμῖν ἄρα τούτου πέπρωται βεβαίως τυχεῖν· νυνὶ δὲ ἣν τὸ δαιμόνιον ἐπὶ νοῦν ἤγαγέ μοι πραγματείαν δέχου.

Κεφάλαια δ' αὐτῆς ἐστιν ἃ πρόκειταί μοι δεῖξαι ταῦτα, τίς τε ἐστὶν ἡ τῆς συνθέσεως φύσις καὶ τίνα ἰσχὺν ἔχει, καὶ τίνων στοχάζεται καὶ πῶς αὐτῶν τυγχάνει, καὶ τίνες αἱ γενικώταται αὐτῆς εἰσι διαφοραὶ καὶ τίς ἑκάστης χαρακτὴρ καὶ ποίαν κρατίστην αὐτῶν εἶναι πείθομαι, καὶ ἔτι πρὸς τούτοις, τί ποτ' ἐστὶ τὸ ποιητικὸν ἐκεῖνο καὶ εὔγλωσσον καὶ μελιχρὸν ἐν ταῖς ἀκοαῖς, ὃ πέφυκε τῇ συνθέσει τῆς πεζῆς λέξεως παρακολουθεῖν, ποιητικῆς τε κατασκευῆς τὸν ἀποίητον ἐκμιμουμένης λόγον καὶ σφόδρα ἐν τῇ μιμήσει κατορθούσης εὖ τί τὸ κράτος καὶ διὰ ποίας ἂν ἐπιτηδεύσεως ἐγγένοιτο ἑκάτερον αὐτῶν. τοιαυτὶ μὲν δή τινά ἐστιν ὡς τύπῳ περιλαβεῖν ὑπὲρ ὧν μέλλω λέγειν. ἄρχεται δὲ ἐνθένδ' ἡ πραγματεία.

Ἡ σύνθεσις ἔστι μέν, ὥςπερ καὶ αὐτὸ δηλοῖ τοὔνομα, ποιά τις θέσις παρ' ἄλληλα τῶν τοῦ λόγου μορίων, ἃ δὴ καὶ στοιχεῖά τινες τῆς λέξεως καλοῦσιν. ταῦτα δὲ Θεοδέκτης μὲν καὶ Ἀριστοτέλης καὶ οἱ κατ' ἐκείνους φιλοσοφήσαντες τοὺς χρόνους ἄχρι τριῶν προήγαγον, ὀνόματα καὶ ῥήματα καὶ συνδέσμους πρῶτα μέρη τῆς λέξεως ποιοῦντες. οἱ δὲ μετὰ τούτους γενόμενοι, καὶ μάλιστα οἱ τῆς Στωικῆς αἱρέσεως ἡγεμόνες, ἕως τεττάρων προὐβίβασαν, χωρίσαντες ἀπὸ τῶν συνδέσμων τὰ ἄρθρα. εἶθ' οἱ μεταγενέστεροι τὰ προσηγορικὰ διελόντες ἀπὸ τῶν ὀνοματικῶν πέντε ἀπεφήναντο τὰ πρῶτα μέρη. ἕτεροι δὲ καὶ τὰς ἀντονομασίας ἀποζεύξαντες ἀπὸ τῶν ὀνομάτων ἕκτον στοιχεῖον τοῦτ' ἐποίησαν. οἳ δὲ καὶ τὰ ἐπιρρήματα διελόντες ἀπὸ τῶν ῥημάτων καὶ τὰς προθέσεις ἀπὸ τῶν συνδέσμων καὶ τὰς μετοχὰς ἀπὸ τῶν προσηγορικῶν, οἳ δὲ καὶ ἄλλας τινὰς προσαγαγόντες τομὰς πολλὰ τὰ πρῶτα μόρια τῆς λέξεως ἐποίησαν· ὑπὲρ ὧν οὐ μικρὸς ἂν εἴη λόγος. πλὴν ἥ γε τῶν πρώτων εἴτε τριῶν ἢ τεττάρων εἴθ'ὅσων δή ποτε ὄντων μερῶν πλοκὴ καὶ παράθεσις τὰ λεγόμενα ποιεῖ κῶλα, ἔπειθ' ἡ τούτων ἁρμονία τὰς καλουμένας συμπληροῖ περιόδους, αὗται δὲ τὸν σύμπαντα τελειοῦσι λόγον.

ΔΙΟΝΥΣΙΟΥ ΑΛΙΚΑΡΝΑΣΕΩΣ ΤΟΥ ΠΕΡΙ ΣΥΝΘΕΣΕΩΣ ΟΝΟΜΑΤΩΝ ΕΠΙΤΟΜΗ

Δῶρόν τοι καὶ ἐγώ, τέκνον φίλε Ῥοῦφε Μελίτιε, τοῦτο δίδωμι, καθάπερ ἡ παρ' Ὁμήρῳ φησὶν Ἑλένη ξενίζουσα τὸν Τηλέμαχον, πρώτην ἡμέραν ἄγοντι ταύτην γενέθλιον, ἀφ' οὗ παραγέγονας εἰς ἀνδρὸς ἡλικίαν. πέμπω δὲ κτῆμα τὸ αὐτὸ καὶ χρῆμα πρὸς πάσας τὰς ἐν τῷ βίῳ χρείας, ὁπόσαι γίνονται διὰ λόγων ὠφελίμων.

Διττῆς γὰρ οὔσης ἀσκήσεως περὶ πάντας ὡς εἰπεῖν τοὺς λόγους, τῆς περὶ τὰ νοήματα καὶ τὴν λέξιν, ὧν ἣ μὲν τοῦ πραγματικοῦ τόπου μᾶλλον ἐφάπτεσθαι δόξειεν ἄν, ἣ δὲ τοῦ λεκτικοῦ, καὶ πάντων ὅσοι τοῦ λέγειν εὖ στοχάζονται περὶ ἀμφοτέρας τὰς θεωρίας τοῦ λόγου ταύτας σπουδαζόντων ἐξ ἴσου, ἡ μὲν ἐπὶ τὰ πράγματα καὶ τὴν ἐν τούτοις φρόνησιν ἄγουσα ἡμᾶς ἐπιστήμη βραδεῖα ἐστὶ καὶ χαλεπὴ νέοις, μᾶλλον δὲ ἀδύνατος εἰς ἀγενείων καὶ μειρακίων πεσεῖν ἡλικίαν· ἀκμαζούσης γὰρ ἤδη συνέσεως ἐστὶν ἡ τούτων κατάληψις πολλῇ μὲν ἱστορίᾳ λόγων τε καὶ ἔργων, πολλῇ δὲ πείρᾳ καὶ συμφορᾷ παθῶν οἰκείων τε καὶ ἀλλοτρίων συναυξομένη. τὸ δὲ περὶ τὰς λέξεις φιλόκαλον καὶ ταῖς νεαραῖς συνανθεῖν εἴωθεν οὐχ ἧττον ἡλικίαις· ἐπτόηται γὰρ ἅπασα νέου ψυχὴ περὶ τὸν τῆς ἑρμηνείας ὡραϊσμόν, ἀλόγους τινὰς καὶ ὥςπερ ἐνθουσιώδεις ἐπὶ τοῦτο λαμβάνουσα τὰς ὁρμάς· οἷς πολλῆς πάνυ καὶ ἔμφρονος δεῖ τῆς πρώτης ἐπιστάσεώς τε καὶ ἀγωγῆς, εἰ μέλλουσι μὴ πᾶν, ὅ τι κεν ἐπ' ἀκαιρίμαν γλῶσσαν ἔπος ἔλθοι, λέγειν μηδ' εἰκῇ συνθήσειν τὰ προστυχόντα ἀλλήλοις, ἀλλ' ἐκλογῇ κεχρῆσθαι καθαρῶν ἅμα καὶ γενναίων ὀνομάτων, καὶ συνθέσει ταῦτα κοσμήσειν μεμιγμένον ἐχούσῃ τῷ σεμνῷ τὸ ἡδύ.

Ἡ δὲ σύνθεσις ἔστι μὲν ὥςπερ καὶ αὐτὸ δηλοῖ τοὔνομα, ποιά τις θέσις παράλληλος τῶν τοῦ λόγου μορίων· ἃ δὴ καὶ στοιχεῖα τινὲς τῆς λέξεως καλοῦσιν. ἡ δὲ τῶν τοιούτων μερῶν πλοκὴ καὶ παράθεσις τὰ λεγόμενα ποιεῖ κῶλα· ἔπειθ' ἡ τούτων ἁρμονία τὰς καλουμένας συμπληροῖ περιόδους· αὗται δὲ τὸν σύμπαντα τελειοῦσι λόγον.

Annexe II : Athénée

Le premier texte est la version étendue (en gras est indiqué tout ce qui est littéralement repris dans l’Epitomé) ; le second texte est celui de l’Epitomé (on a signalé par un soulignement les divergences syntaxiques avec l’original). L’édition est celle de Kaibel : « Athenaei Naucratitae deipnosophistarum libri xv, 3 vols. », Ed. Kaibel G., Leipzig : Teubner, 2 vol. 1887-1890 (repr. 3 volumes : 1965-1966).

1) Athénée. Deipn. 7.52 : περὶ δὲ τῶν ἐγχέλεων Ἱκέσιός φησιν ἐν τοῖς περὶ ὕλης, ὡς αἱ ἐγχέλεις εὐχυλότεραι πάντων εἰσὶν ἰχθύων καὶ ὅτι εὐστομαχίᾳ διαφέρουσι τῶν πλείστων· πλήσμιαι γάρ εἰσι καὶ πολύτροφοι. ἐν δὲ τοῖς ταρίχεσι τὰς Μακεδονικὰς ἐγχέλεις κατατάττει. Ἀριστοτέλης δὲ χαίρειν φησὶ τὰς ἐγχέλεις καθαρωτάτῳ ὕδατι. ὅθεν τοὺς ἐγχελυοτρόφους καθαρὸν αὐταῖς ἐπιχεῖν· πνίγεσθαι γὰρ ἐν τῷ θολερῷ. διὸ καὶ οἱ θηρεύοντες θολοῦσι τὸ ὕδωρ, ἵνα ἀποπνίγωνται. λεπτὰ γὰρ ἔχουσαι τὰ βράγχια αὐτίκα ὑπὸ τοῦ θολοῦ τοὺς πόρους ἐπιπωματίζονται. ὅθεν κἀν τοῖς χειμῶσιν ὑπὸ τῶν πνευμάτων ταραττομένου τοῦ ὕδατος ἀποπνίγονται. ὀχεύονται δὲ συμπλεκόμεναι κᾆτ' ἀφιᾶσι γλοιῶδες ἐξ αὑτῶν, ὃ γενόμενον ἐν τῇ ἰλύι ζωογονεῖται. λέγουσι δὲ οἱ ἐγχελυοτρόφοι καὶ ὡς νυκτὸς μὲν νέμονται, ἡμέρας δ' ἐν τῇ ἰλύι ἀκινητίζουσι ζῶσί τε τὸ ἐπὶ πολὺ ἐπὶ ὀκτὼ ἔτη. ἐν ἄλλοις δὲ πάλιν ὁ Ἀριστοτέλης ἱστορεῖ γίνεσθαι αὐτὰς οὔτε ᾠοτοκούσας οὔτε ζωοτοκούσας ἀλλ' οὐδὲ ἐξ ὀχείας, ἀλλ' ἐν τῷ βορβόρῳ καὶ τῇ ἰλύι σήψεως γινομένης· καθάπερ καὶ ἐπὶ τῶν καλουμένων τῆς γῆς ἐντέρων λέγεται. διὸ καὶ Ὅμηρον τῆς τῶν ἰχθύων φύσεως χωρίζοντα τάδε εἰπεῖν ·« τείροντ' ἐγχέλυές τε καὶ ἰχθύες οἱ κατὰ δίνας. » Ἐπικούρειος δέ τις εἰκαδιστὴς τῶν συνδειπνούντων ἡμῖν ἐγχέλυος παρατεθείσης ‘πάρεστιν, ἔφη, ἡ τῶν δείπνων Ἑλένη· ἐγὼ οὖν Πάρις ἔσομαι.’ καὶ χεῖρας μήπω τινὸς ἐκτετακότος ἐπ' αὐτὴν ἐπιβαλὼν ἐψίλωσε τὸ πλευρὸν ἀνάγων εἰς ἄκανθαν. ὁ δ' αὐτὸς οὗτος πλακοῦντός ποτε θερμοῦ παρατεθέντος καὶ πάντων ἀπεχομένων ἐπιφωνήσας· « τοῦ δ' ἐγὼ ἀντίος εἶμι, καὶ εἰ πυρὶ χεῖρας ἔοικε, » προπετῶς ἐπιβαλὼν καὶ καταπιὼν φλεγόμενος ἐξεφέρετο. καὶ ὁ Κύνουλκος ἔφη· ‘ἀποφέρεται ἐκ τῆς βρογχοπαρατάξεως ὁ λάρος.’ καὶ περὶ τῆς ἐγχέλυος δ' Ἀρχέστρατος οὕτως ἱστορεῖ · « ἔγχελυν αἰνῶ μὲν πᾶσαν, πολὺ δ' ἐστὶ κρατίστη Ῥηγίου ἀντιπέρας πορθμοῦ ληφθεῖσα θαλάσσης· ἔνθα σὺ τῶν ἄλλων πάντων, Μεσσήνιε, θνητῶν βρῶμα τιθεὶς τοιόνδε διὰ στόματος πλεονεκτεῖς. οὐ μὴν ἀλλὰ κλέος γ' ἀρετῆς μέγα κάρτα φέρουσι Κωπαῖαι καὶ Στρυμόνιαι· μεγάλαι τε γάρ εἰσι καὶ τὸ πάχος θαυμασταί. ὁμῶς δ' οἶμαι βασιλεύει πάντων τῶν περὶ δαῖτα καὶ ἡδονῇ ἡγεμονεύει ἔγχελυς, ἣ φύσει ἐστὶν ἀπύρηνος μόνος ἰχθύς ... » Ὁμήρου δὲ εἰπόντος « ‘τείροντ' ἐγχέλυές τε καὶ ἰχθύες’ ἀκολούθως ἐποίησε καὶ Ἀρχίλοχος »· « πολλὰς δὲ τυφλὰς ἐγχέλυας ἐδέξω. » οἱ δ' Ἀττικοί, καθὼς Τρύφων φησί, τὰς ἑνικὰς χρήσεις ἐπιστάμενοι διὰ τοῦ <υ> τὰς πληθυντικὰς οὐκ ἔτι ἀκολούθως ἐπιφέρουσιν. ὁ γοῦν Ἀριστοφάνης ἐν μὲν Ἀχαρνεῦσι (889)· « σκέψασθε (φησί) παῖδες τὴν κρατίστην ἔγχελυν. καὶ ἐν Λημνίαις (I 487 K)· » « ἔγχελυν Βοιωτίαν. τὴν δ' εὐθεῖαν ἐν Δαιταλεῦσι (I 447 K)· » καὶ λεῖος ὥσπερ ἔγχελυς. καὶ Κρατῖνος ἐν Πλούτοις : « θύννος, ὀρφώς, γλαῦκος, ἔγχελυς, κύων. » τὰς μέντοι πληθυντικὰς οὐκ ἔθ' ὁμοίως τῷ ποιητῇ. Ἀριστοφάνης Ἱππεῦσιν· « ὅπερ γὰρ οἱ τὰς ἐγχέλεις θηρώμενοι πέπονθας. » καὶ δευτέραις Νεφέλαις· « τὰς εἰκοῦς τῶν ἐγχέλεων τὰς ἐμὰς μιμούμενοι. » ἐν Σφηξὶ δὲ ἡ δοτική (510)· « οὐ χαίρω δὲ βατίσιν, οὐδ' ἐγχέλεσιν. » Στράττις δ' ἐν Ποταμίοις ἔφη (I 722 K)· « ἐγχέλεων ἀνεψιός. » Σημωνίδης δ' ἐν ἰάμβοις· « ὥσπερ ἔγχελυς κατὰ γλοιοῦ. » καὶ τὴν αἰτιατικήν· « ἐρῳδιὸς γὰρ ἔγχελυν Μαιανδρίην τρίορχον εὑρὼν ἐσθίοντ' ἀφείλετο. » Ἀριστοτέλης δ' ἐν τοῖς περὶ ζῴων διὰ τοῦ <ι> ἔγχελις εἴρηκεν. ὅταν δ' Ἀριστοφάνης ἐν Ἱππεῦσι λέγῃ· « ὅπερ γὰρ οἱ τὰς ἐγχέλεις θηρώμενοι πέπονθας· »

Athénée. Epit. 2.1.132 : ὅτι περὶ τῶν ἐγχέλεων Ἱκέσιός φησιν ὡς εὐχυλώτεραι πάντων εἰσὶν ἰχθύων, καὶ ὅτι εὐστομαχίᾳ διαφέρουσι τῶν πλείστων· πλήσμιαι γάρ εἰσι καὶ πολύτροφοι. ἐν δὲ τοῖς ταρίχεσι τὰς Μακεδονικὰς ἐγχέλεις κατατάττει. Ἀριστοτέλης δὲ χαίρειν φησὶ τὰς ἐγχέλεις καθαρωτάτῳ ὕδατι ὅθεν τοὺς ἐγχελυοτρόφους καθαρὸν αὐταῖς ἐπιχεῖν· πνίγεσθαι γὰρ ἐν τῷ θολερῷ. διὸ καὶ οἱ θηρεύοντες θολοῦσι τὸ ὕδωρ ἵνα ἀποπνίγωνται. λεπτὰ γὰρ ἔχουσαι τὰ βράγχια αὐτίκα ὑπὸ τοῦ θολοῦ τοὺς πόρους ἐπιπωματίζονται. ὅθεν κἂν τοῖς χειμῶσιν ὑπὸ τῶν πνευμάτων ταραττομένου τοῦ ὕδατος ἀποπνίγονται. ὀχεύονται δὲ συμπλεκόμεναι κᾆτ' ἀφιᾶσι <γλινῶδες> ἐξ αὐτῶν, ὃ γενόμενον ἐν τῇ ἰλύι ζωογονεῖται. λέγουσι δ' οἱ ἐγχελυοτρόφοι καὶ ὡς νυκτὸς μὲν νέμονται, ἡμέρας δ' ἐν τῇ ἰλύι ἀκινητίζουσι ζῶσι τε τὸ ἐπὶ πολὺ ἐπὶ ὀκτὼ ἔτη. ἐν ἄλλοις δὲ πάλιν ἱστορεῖ Ἀριστοτέλης γίνεσθαι αὐτὰς οὔτε ᾠοτοκούσας οὔτε ζῳοτοκούσας, ἀλλ' οὐδὲ ἐξ ὀχείας, ἀλλ' ἐν τῷ βορβόρῳ καὶ τῇ ἰλύι σήψεως γινομένης. καθάπερ καὶ ἐπὶ τῶν καλουμένων τῆς γῆς ἐντέρων λέγεται. διὸ καὶ Ὅμηρον τῆς τῶν ἰχθύων φύσεως χωρίζοντα τάδε εἰπεῖν· « τείροντ' ἐγχέλυές τε καὶ ἰχθύες οἱ κατὰ δίνας ». φησί τις παρὰ τῷ ῥήτορι τούτῳ δειπνούντων, Ἐπικούρειός τις τῶν συνδειπνούντων ἡμῖν ἐγχέλυος παρατεθείσης εἰπών· πάρεστιν ἡ τῶν δείπνων Ἑλένη· ἐγὼ οὖν Πάρις ἔσομαι, καὶ πέρας μήπω τινὸς ἐκτετακότος ἐπ' αὐτὴν ἐπιβαλὼν ἐψίλωσε τὸ πλεῦρον ἀγαγὼν εἰς ἄκανθαν. ὁ δ' αὐτὸς οὗτος πλακοῦντός ποτε θερμοῦ παρατεθέντος καὶ πάντων ἀπεχομένων ἐπιφωνήσας· τοῦδ' ἐγὼ ἀντίος εἶμι, καὶ εἰ πυρὶ χεῖρας ἔοικε, προπετῶς ἐπιβαλὼν καὶ καταπιὼν φλεγόμενος ἐξεφέρετο. καὶ ὁ Κύνουλκος ἔφη· ἀποφέρεται ἐκ τῆς βρογχοπαρατάξεως ὁ λάρος. Ἀρχέστρατος δὲ περὶ τῆς ἐγχέλυος οὕτως ἱστορεῖ· ἔγχελυν αἰνῶ μὲν πᾶσαν, πολὺ δ' ἐστὶ κρατίστη Ῥηγίου ἀντιπέραν πορθμοῦ ληφθεῖσα θαλάσσης· οὐ μὴν ἀλλὰ κλέος γ' ἀρετῆς μέγα κάρτα φέρουσι Κωπαῖαι καὶ Στρυμόνιαι· μεγάλαι τε γάρ εἰσι καὶ τὸ πάχος θαυμασταί. ὁμῶς δ' οἶμαι βασιλεύει πάντων τῶν περὶ δαῖτα καὶ ἡδονῇ ἡγεμονεύει ἔγχελυς, ἣ φύσει ἀπύρηνος μόνος ἰχθύς. Τρύφων φησί, ὅτι οἱ Ἀττικοὶ τὰς ἑνικὰς χρήσεις ἐπιστάμενοι διὰ τοῦ <υ> τὰς πληθυντικὰς οὐκ ἔτι ἀκολούθως ἐπιφέρουσιν. Ἀριστοφάνης οὖν ἐν μὲν Ἀχαρνεῦσί φησι· σκέψασθε, παῖδες, τὴν κρατίστην ἔγχελυν. καὶ ἀλλαχοῦ· λεῖος ὥσπερ ἔγχελυς. τὰς μέντοι πληθυντικὰς οὐκ ἔθ' ὡς ὁ ποιητής· τείροντ' ἐγχέλυες· ἀλλ' Ἀριστοφάνης μὲν ἐν Ἱππεῦσιν· ὥσπερ οἱ τὰς ἐγχέλεις θηρώμενοι· καὶ δευτέραις Νεφέλαις. τὰς εἰκοῦς τῶν ἐγχέλεων· καὶ ἀλλαχοῦ· οὐ χαίρω βατίσιν, οὐδ' ἐγχέλεσιν· καὶ Στράττις ἐγχέλεων ἀνεψιός. Ἀριστοτέλης δ' ἐν τῷ περὶ ζῴων διὰ τοῦ <ι> ἔγχελις εἴρηκεν. ὅταν δ' Ἀριστοφάνης ἐν Ἱππεῦσι λέγῃ· ὅπερ οἱ τὰς ἐγχέλεις θηρώμενοι πέπονθας·

Annexe III : Agatharchide

Comparaison de trois versions d'un passage agatharchidien :

Diodore, Bibliothèque historique, 3, 20, § 1-2 : Ἓν δὲ γένος τῶν Ἰχθυοφάγων τοιαύτας ἔχει τὰς οἰκήσεις ὥστε πολλὴν ἀπορίαν παρέχεσθαι τοῖς τὰ τοιαῦτα φιλοτιμουμένοις ζητεῖν· ἐν γὰρ ἀποκρήμνοις φάραγξι καθίδρυνταί τινες, εἰς ἃς ἐξ ἀρχῆς ἦν ἀδύνατον παραβάλλειν τοὺς ἀνθρώπους, ἄνωθεν μὲν ἐπεχούσης πέτρας ὑψηλῆς καὶ πανταχόθεν ἀποτόμου, ἐκ πλαγίων δὲ κρημνῶν ἀπροσίτων ὑφαιρουμένωντὰς παρόδους, τὴν δὲ λοιπὴν πλευρὰν τοῦ πελάγους ὁρίζοντος, ὃ πεζῇμὲν διελθεῖν ἀδύνατον, σχεδίαιςδὲ οὐ χρῶνται τὸ παράπαν, πλοίων τε τῶν (2) παρ' ἡμῖν ὑπάρχουσιν ἀνεννόητοι. τοιαύτης δὲ ἀπορίας περὶ αὐτοὺς οὔσης, ὑπολείπεται λέγειν αὐτόχθονας αὐτοὺς ὑπάρχειν, ἀρχὴν μὲν τοῦ πρώτου γένους μηδεμίαν ἐσχηκότας, ἀεὶ δ' ἐξ αἰῶνος γεγονότας, καθάπερ ἔνιοι τῶν φυσιολόγων περὶ πάντων (3) τῶν φυσιολογουμένων ἀπεφήναντο. ἀλλὰ γὰρ περὶ μὲν τῶν τοιούτων ἀνεφίκτου τῆς ἐπινοίας ἡμῖν οὔσης οὐδὲν κωλύει τοὺς τὰ πλεῖστα ἀποφηναμένους ἐλάχιστα γινώσκειν, ὡς ἂν τῆς ἐν τοῖς λόγοις πιθανότητος τὴν μὲν ἀκοὴν πειθούσης, τὴν δ' ἀλήθειαν οὐδαμῶς εὑρισκούσης.

Photios, Bibliothèque, [cod. 250] 451 a 4-16 : Ὅτι φησὶν ἐνίους τῶν ἀπὸ τῆς θαλάττης σιτουμένων μετὰ τῶν ἄλλων καὶ τοῦτο ἔχειν παραδοξότερον καὶ εἰς λογικὴν καταχωρῆσαι πίστιν οὐ ῥᾴδιον. Οὔτε γὰρ πόθεν εἰς τὸν χῶρον, ἐν ᾧ οἰκοῦσιν, ἀφίκοντο, ἔστιν ἐπιγνῶναι, οὔτε ὅπως λισσῆς μὲν πέτραςἄνωθεν ἐπεζευγμένης, ἐκ πλαγίου δὲ κρημνῶν ἀφαιρουμένων τὰς παρόδους, τὴν δὲ ἀπέναντι πᾶσαν ὁρίζοντος, ὃ καὶ πεζῇ μὲν ἐλθεῖν παντελῶς (ὡς εἶπον) ἀδύνατον, σχεδίαις δὲ ὁμοίως ἀπορίᾳ τῶν παρ' ἡμῖν ἐξ ἴσου ἄπορον. Τούτων δὲ ὑφεστώτων, φησί, λοιπὸν εἰπεῖν ὡς αὐθιγενεῖς εἰσι, μνήμην τοῦ πρώτου σπέρματος οὐ λαβόντες, ἀεὶ δὲ ὑπάρχοντες, ὃν τρόπον ἔνιοι τῶν καλουμένων ὡρίσαντο φυσικῶν.

Syllogé, B 45, 45bis : Περὶ ἐνίων ἄπορον παρεχόντων τὸν ὅθεν ἐπῳκήκασι τρόπον. Ὅτι, φησίν, ἐνίους τῶν ἀπὸ τῆς θαλάττης σιτουμένων μετὰ τῶν ἄλλων καὶ τοῦτο ἔχειν παραδοξότερον καὶ εἰς λογικὴν καταχωρῆσαι πίστιν οὐ ῥᾴδιον. οὔτε γὰρ πόθεν εἰς τὸν χῶρον, ἐν ᾧ οἰκοῦσιν, ἀφίκοντο ἔστιν ἐπιγνῶναι οὔτε ὅπως, λισσῆς μὲν πέτρας ἄνωθεν ἐπεζευγμένης, ἐκ πλαγίου δὲ κρημνῶν ἀφαιρουμένων τὰς παρόδους, τὴν δὲ ἀπέναντι πᾶσαν ὁρίζοντος, ὃ καὶ πεζῇ μὲν ἐλθεῖν παντελῶς, ὡς εἶπον, ἀδύνατον, σχεδίαις δὲ ὁμοίως ἀπορίᾳ τῶν παρ' ἡμῖν ἐξ ἴσου ἄπορον. τούτων δὲ ὑφεστώτων, φησί, λοιπὸν εἰπεῖν ὡς αὐθιγενεῖς εἰσι μνήμην τοῦ πρώτου σπέρματος οὐ λαβόντες, ἀεὶ δὲ ὑπάρχοντες ὃν τρόπον ἔνιοι τῶν καλουμένων ὡρίσαντο φυσικῶν.

Annexe IV : Agatharchide (2)

Vue d’ensemble du passage commun à Photios et à la section d’Agatharchide, dans le contexte de la Syllogé, avec les textes parallèles chez Diodore et Strabon :

Diodore III

Strabon

Photios

Syllogé II

18, 7

450 b 12-450 b 19

B 43

19, 1-6

15, 2, 2

450 b 20-451 a 3

§ 44

20, 1-3

451 a 4-451 a 16

§ 45, 1

§ 45, 2-10

21, 1-5

16, 4, 13

451 a 17-451 b 1

§ 46

21, 6

16, 4, 13

451 b 2-451 b 10

§ 47

451 b 11-451 b 30

§ 48

23, 1

16, 4, 9

451 b 31-452 a 11

§ 49

24

16, 4, 9

452 a 12-452 a 40

§ 50

25

16, 4, 9

452 a 40-452 b 7

§ 51

26

16, 4, 10

452 b 8-452 b 34

§ 52

27

16, 4, 10

452 b 34-453 a 15

§ 53

§ 54

453 a 16-453 a 21

§ 55

28

16, 4, 11

453 a 22-453 a 31

§ 56

29

16, 4, 12

453 a 32-453 b 17

§ 57

30

16, 4, 12

453 b 18- 453 b 34

§ 58

31

16, 4, 10

453 b 35-454 a 4

§ 59

32

16, 4, 17

454 a 5-454 a 32

§ 60

Annexe V : Élien

Redistribution thématique dans la Syllogé de trois segments d’un même chapitre d’Élien :

Élien 7.15 : (c) Ποταμὸν ἐλέφαντες διέρχονται οἱ μὲν ἔτι νέοι διανηχόμενοι· οἱ δὲ ἤδη τέλειοι, καὶ εἰ καλύπτοιντο ὑπὸ τοῦ ῥεύματος, ἀνέχουσι μέντοι τὰς προβοσκίδας ὑπὲρ τὸ ὕδωρ, τὰ δὲ ἀρτιγενῆ πώλια ἐπὶ τῶν ὀδόντων φέρουσιν αἱ μητέρες. τῶν μὲν οὖν κινδύνων καὶ πόνων οἱ νέοι κατάρχονται, ποτοῦ δὲ ἄρα καὶ τροφῆς ἀφίστανται τοῖς πρεσβυτέροις αἰδῶ νέμοντες, καὶ τῶν Λυκούργου νόμων δέονται οἵδε οὐδὲ ἕν. (b) γήρᾳ δὲ παρειμένον ἐλέφαντα ἢ νόσῳ κατειλημμένον οὐκ ἄν ποτε οἱ συναγελαζόμενοι καταλίποιεν, ἀλλὰ πιστῶς παραμένουσι, καὶ ἀναρρῶσαι σπεύδουσι τῇ τε ἄλλῃ καὶ ἐὰν διώκωνται, καὶ ὑπὲρ αὐτοῦ μάχονται, καὶ τιτρώσκονται παραμένοντες, φυγεῖν δυνάμενοι.(a) καὶ τὰ βρέφη δὲ τὰ νεαρὰ οὐκ ἄν ποτε αἱ τεκοῦσαι προδοῖεν, ἀλλὰ καὶ ἐκείνοις ἐκεῖναι πιστῶς παραμένουσι, καίτοι τῶν θηρώντων ἐγκειμένων, καὶ πρότερόν γε τὴν ψυχὴν ἀπολίποιεν ἂν ἢ τὰ τέκνα. ἐγὼ δὲ ᾔδειν μειράκιον ὢν ἄνθρωπον πρεσβῦτιν Λαινίλλαν ὄνομα, καὶ ἐδείκνυτο ὑπὸ πάντων, καὶ ἐπ' αὐτῇ μῦθος ἐλέγετο, καὶ ὅ γε μῦθος τοιόσδε ἦν. οἱ πρεσβύτεροι πρός με ἔφασκον ἐκείνην τὴν ἄνθρωπον ἐρασθεῖσαν οἰκέτου δριμέως αὐτῷ μὲν συγκαθεύδειν, κηλῖδα δὲ ἄρα παισὶ τοῖς ἑαυτῆς περιάπτειν. οἳ δὲ εὐγενεῖς ἦσαν, καὶ ἐς τὴν βουλὴν τὴν Ῥωμαίων ἐτέλουν ἐκ πατέρων τε καὶ τῶν ἄνω τοῦ γένους. οἱ τοίνυν παῖδες αἰδούμενοι τῇ μητρὶ ἤχθοντο τοιαῦτα δρώσῃ, καὶ πράως ὑπενουθέτουν, καὶ τοῦ πραττομένου τὴν αἰσχύνην ἐπέλεγον ἡσυχῆ· ἣ δὲ κυμαίνουσα ἐκ τῆς ἐπιθυμίας, καὶ τὸν ἔρωτα ἐπίπροσθεν τῶν υἱέων ποιησαμένη, καταγορεύει αὐτῶν πρὸς τὸν ἄρχοντα, καὶ λέγει ὡς ἐπιβουλεύοιεν αὐτῷ. ὃ δὲ ἔχων ἐς διαβολὰς τὸ οὖς ῥᾴδιον, καὶ ὑπόπτης ὢν καὶ δειλὸς (πάθη δὲ ταῦτα ἀγεννοῦς διανοίας) ἐπίστευσε. καὶ οἳ μὲν οὐδὲν ἀδικοῦντες ἀπέθνησκον, ἣ δὲ ἆθλον τοῦ κατειπεῖν ἠνέγκατο δούλῳ συγκαθεύδειν ἀνέδην. ὦ πατρῷοι θεοὶ καὶ Ἄρτεμι λοχεία Εἰλείθυιαί τε θυγατέρες Ἥρας, τί ἂν ἔτι Μήδειαν εἴποιμεν τὴν Κόλχον ἢ Πρόκνην τὴν Ἀτθίδα, τῶν ἔναγχός τε καὶ καθ' ἡμᾶς παθῶν μνημονεύσαντες ;

Ari.Byz B 85. Καὶ τὰ βρέφη δὲ τὰ νεαρὰ οὐκ ἄν ποτε αἱ τεκοῦσαι προδοῖεν, καίτοι τῶν θηρατῶν ἐγκειμένων, ἀλλὰ πρότερόν γε τὴν ψυχὴν ἀπολίποιεν ἢ τὰ τέκνα. (9.8) γελοῖοι τοίνυν εἰσὶν οἱ διαποροῦντες εἰ φυσικὴ πρὸς τὰ ἔκγονα στοργή ἐστι.

Ari.Byz B 86. Καὶ νοσοῦντα ἐλέφαντα οὐκ ἄν ποτε καταλίποιεν οἱ συναγελαζόμενοι, ἀλλὰ πιστῶς παραμένουσι καὶ ἀναρρῶσαι σπεύδουσι, καὶ εἰ διώκονται, καὶ ὑπὲρ αὐτοῦ μάχονται καὶ τιτρώσκονται παρόντες, φυγεῖν [οὐ] δυνάμενοι.

Ari.Byz B 97. Ποταμὸν δὲ ἐλέφαντες διαβαίνοντες, εἰ καλύπτοιντο ὑπὸ τοῦ ῥεύματος, ἀνέχουσι τὰς προβοσκίδας ὑπὲρ τὸ ὕδωρ· τὰ δὲ ἀρτιγενῆ πωλία ὑπὲρ τῶν ὀδόντων ἢ κεράτων φέρουσιν αἱ μητέρες.

Haut de page

Notes

1  [P, fol. 6r] Συλλογὴ τῆς περὶ ζῴων ἱστορίας, χερσαίων πτηνῶν τε καὶ θαλαττίων, Κωνσταντίνῳ τῷ μεγάλῳ βασιλεῖ καὶ αὐτοκράτορι ϕιλοπονηθεῖσα. ’Αριστοϕάνους τῶν ’Αριστοτέλους περὶ ζῴων ἐπιτομή, ὑποτεθέντων ἑκάστῳ ζῴῳ καὶ τῶν Αἰλιανῷ καὶ Τιμοθέῳ καὶ  ἑτέροις τισὶ περὶ αὐτῶν εἰρημένων. [mention figurant dans le sommaire du codex] συναγωγὴ περὶ ζῴων ἱστορίας χερσαίων θαλαττίων καὶ πτηνῶν πονηθεῖσα παρὰ βασιλέως Κωνσταντίνου τοῦ {deest Imperatoris cognomen spatio vacuo relicto} καὶ ἐκ διαφόρων βιβλίων ἐρανισθεῖσα (Lambros, 1885 : V)

2  Notons cependant que les 53 volumes ou sections de l’encyclopédie morale (Lemerle, 1971 : 280) connue sous le nom d’Excerpta Constantiniana n’incluaient ni la Syllogé zoologique, ni les Géoponiques, ni les Hippiatriques, les deux dernières étant des compilations qui présentent des affinités avec la Syllogè, et sont agrégées à l’ensemble.

3  Celui-ci se signale par trois caractéristiques fondamentales : compilation littérale, organisation systématique, exotérisme (ou accessibilité). Le public est un public général et le texte a un caractère exotérique. L’encyclopédisme de compilation d’extraits n’est pas l’encyclopédisme de synthèses critiques et modernistes (Diderot/D’Alembert). Il y a une différence entre le patch-work et la haute-couture. C’est donc au nom du régime médiéval et non moderne de l’encyclopédie que l’on peut intégrer ce texte à cette famille de « condensés » patrimoniaux. A juste titre sans doute Odorico (1990) écarte cette appellation et propose de lui substituer, incontestablement plus pertinente mais moins explicite, celle de "culture de la syllog »" (« la cultura della Syllogè ») ; sur cette expression, voir Nemeth, 2010 : 8.

4  Ce programme est défini par un préambule, transmis dans le De legationibus et le De virtutibus et vitiis, dont Lermerle (1971 : 281-282) propose une traduction. Les volumes des Excerpta procèdent d'une ἐκλογή, à la suite d'un travail de collecte et de compilation, l'empereur jugeant bon "de faire activement rechercher et de rassembler de tous les coins de l'oikoumené les livres de toute sorte, ces livres tout gonflés d'une science diverse et variée" πρότερον μὲν ζητητικῇ διεγέρσει βίβλους ἄλλοθεν ἄλλας ἐξ ἁπάσης ἑκασταχοῦ οἰκουμένης συλλέξασθαι παντοδαπῆς καὶ πολυειδοῦς ἐπιστήμης ἐγκύμονας (L 1.25, VV 2.1) ; voir Flusin, 2002 : 538.

5  Voir les remarques complémentaires dans l’éditorial du numéro.

6  Si l’on en croit S. Lambros (1885 : 266-272), les trois principaux traités d’Aristote seraient compilés par Aristophane dans les deux livres avec un rapport de 10/3/1 (HA/GA/PA) d’après le nombre de colonnes dans l’Index scriptorum in notis citatorum (Histoire des Animaux = 9,5 colonnes ; Génération des Animaux = 3 colonnes ; Parties des Animaux = 1 colonne). En fait, HA est presque l’unique source, et les autres références sont souvent introduites soit parce qu’elles reproduisent ou développent une information déjà contenue dans HA, soit à titre de référence lointaine.

7  Deux passages de la Syllogé seulement sont adespota : B 193-197 (sur les chiens), et B 588-609 (sur les chevaux).

8  Les deux adespota sont attribués par Lambros (1885 : XII), sans aucune raison valable, à Timothée.

9  Nous savons, par Aristophane, que son ouvrage ne traitait pas de la troisième catégorie d’animaux, selon le mode de génération, les «larvipares», incluant principalement les insectes : τὸ δὲ περὶ τῶν σκωληκοτοκούντων εἶδος ὡς λεπτὸν καὶ ἀσθενὲς καὶ οὐκ ἄξιον ἱστορίας παραιτήσομαι (B3) « en revanche je laisserai de côté l’ensemble des larvipares, considérant que cette classe est infime, chétive et ne mérite pas qu’on l’étudie ».

10  Les deux livres, évoqués au cours du texte (A23, 31, 33, 42), sont perdus.

11  Elien reprend, en les paraphrasant, au moins huit chapitres d’Aristophane : A38 > NA, 4.9 ; A110-114 > NA, 4.20 ; B 68-82 > NA, 4.31 ; B134-148 > NA, 4.34 ; B 167-180 > NA, 4.40 ; B 245-250 > NA, 4.49 ; B 458-459 > NA, 4.55. Voir Wellmann, 1891 et de Stefani, 1904

12  Les recherches sur la récriture sont devenues classiques : les travaux de G. Genette, dans les années 80, dans le domaine de la génétique littéraire, et les nombreux travaux particuliers sur la littérature antique, parmi lesquels les livres de J. Irigoin sur la transmission textuelle (1997, 2003), et ceux sur la récriture de T. Dorandi (2000) ou de  T. Hägg (1975) et J. Schamp (1987) à propos de la bibliothèque de Photios, ont donné des modèles théoriques et des études de référence pour traiter ces questions.

13  « Die Grenzen zwischen wortgetreuer Übersetzung, freierer Wiedergabe, Paraphrase (Referat), Bearbeitung und Nachbildung im Sinne einer kreativen Neuschöpfung bis hin zu Epitomierung und Nachbildung und Kompilation sind in der Antike fliessend » (Fögen, 2004 : 433).

14  C’est le cas du titre du fragment de Philostorge apud Photium (ed. Winkelmann & Bidez, 1981), dont deux passages se trouvent, sous une forme à peine différente, dans la Syllogé : ἐκ τῶν ἐκκλησιαστικῶν ἱστοριῶν Φιλοστοργίου ἐπιτομὴ ἀπὸ Φωτίου πατριάρχου. Voir aussi les « extraits abrégés » des Ethnica de Stéphane de Byzance : ἐκ τῶν Ἐθνικῶν Στεφάνου κατ᾽ἐπιτομήν. Certains titres semblent traiter l'epitomé comme une sélection d'extraits et aux "fragments condensés" que sont certaines eklogai correspondent des "abrégés anthologiques". Voir l’ouvrage de Jean Zonaras : « Epitomé d’histoires, consistant en un recueil rédigé par Jean Zonaras… » (ἐπιτομὴ ἱστοριῶν συλλεγεῖσα καὶ συγγραφεῖσα παρὰ Ἰωάννου…).

15  Voir L. D. Reynolds et N. G. Wilson, 22-23, qui citent un bon nombre d’abrégés historiques de l’époque impériale :  « ces digests ont trouvé une large audience à des époques où l’on ne pouvait assimiler la richesse d’un Tite-Live et où l’oeuvre de Tacite était inaccessible » Aristote lui-même était déjà l’auteur d’une ἐπιτομὴ τῶν ῥητόρων (Frg. 3, 138 = D.L. 2, 104) et d’une ἐπιτομὴ τοῦ Τιμαίου qualifiée aussi de σύνοψις (Frg. 5, 31 = Simpl., in Ar. de caelo p. 491 b 35). Sur les épitomés péripatéticiens, voir Opelt, 1962 : 950 ; Hellmann, 2010 : 556-557.

16  Le prologue constantinien déclare que les Excerpta doivent respecter la suite de l’original (ἡ τοῦ λόγου ἀκολουθία) ; voir Nemeth, 2010 : 188-189.

17  A. Le Boulluec (288) fait remarquer à propos qu’ἐπιτομή est parfois traduit en latin par le mot excerpta, qui usuellement désigne les ἐκλογαί.

18  Lorsqu'Aristophane emprunte aux livres du corpus aristotélicien connu, ce qui n'est pas toujours le cas ; voir infra.

19  Nous laissons de côté les § 40-43 et § 61-64, qui sont de composition complexe et forment un encadré thématique (sur les Psylles) bien que le § 64, qui est un extrait d'Élien (NA, 16.27) remonte certainement à Agatharchide, explicitement cité dans le texte.

20  Pour un parallèle commenté entre Diodore et Photios, voir Micunco, 2008 : 125-299.

21  La source de Diodore pour Agatharchide a été identifiée comme étant un épitomé réalisé par Artémidore d’Éphèse (iie-ier s.) et que suit également Strabon ; sur cette opinion classique voir Marcotte 2001 : 401-402.

22  On trouve une version longue de la première donnée dans la recension de Diodore. Comparer (Syllogé B 45) Περὶ ἐνίων ἄπορον παρεχόντων τὸν ὅθεν ἐπῳκήκασι τρόπον, et : Ἓν δὲ γένος τῶν Ἰχθυοφάγων τοιαύτας ἔχει τὰς οἰκήσεις ὥστε πολλὴν ἀπορίαν παρέχεσθαι τοῖς τὰ τοιαῦτα φιλοτιμουμένοις ζητεῖν· (Diodore 3.20.1). La seconde, sur Ptolémée, est l'unique donnée absente des recensions de Diodore et Strabon.

23  On peut ainsi dire que B 54 dérive de B 55, mais qu’il figure avant ; et qu’il s’insère entre B 53 & B 55 qui ne forment chez Photios qu’un texte continu.

24  Un archétype de digest d’Agatharchide n’est pas seulement hypothétique : l’auteur lui-même en avait réalisé un (voir Photios, Bibl. codex 213, 171 a 21).

25  Dans la version de Photios et celle de la Syllogé on trouve une incise « comme je l’ai dit » (ὡς εἶπον) dont l'Ego renvoie à Agatharchide : il indique la reprise d’un énoncé qui ne figure pas dans ces deux révisions alors qu’il est peut-être dans celle de Diodore (εἰς ἃς ἐξ ἀρχῆς ἦν ἀδύνατον…).

26  L'autre parallèle flagrant entre la Syllogé et Photios concerne Ctésias, mais là aussi, comme Lambros le reconnaissait déjà en raison de divergences significatives dans le style et la matière, l'hypothèse d'un emprunt du syllogiste au patriarche est exclue. Lambros (1885 : praef. XIV) considérait que la source de la Syllogé était un intermédiaire plus fidèle que Photios à l’original, voire le texte original (non ex Photio sed ex ipso Ctesia manasse apparet).

27  Voir  Schamp (1987 : 374, n. 16) : « Les structures du Sur la mer Rouge n’ont pas été jusqu’ici correctement étudiées. On n’a pas assez souligné que Photios recensait une édition abrégée des livres I et V. Tout, dans l’aspect du cod. 250, montre que Photios n’eut pas à sa disposition une édition complète de l’œuvre, mais un choix d’extraits significatifs du Sur la mer rouge ».

28  C'est l'avis argumenté de Marcotte, 2001 : 386, 404, 418, 434 ; pour un avis différent voir Micunco (2008 : XV-XVI) qui estime que Diodore est plus fidèle à la source et considère Photios comme un résumé. Néanmoins il considère que "la modalité la plus naturelle et la plus employée" est "la reformulation + conservation des termes originaires" et correspond à une eclogè lato sensu (2008 : 294). Mais les deux postulats de Micunco sont que 1) Diodore et Photios sont tributaires d'un texte originel commun ; 2) Diodore est fidèle à Agatharchide (2008 : 37, 125). La présence à la même place, dans les deux textes, de la conjonction ὅτι pour indiquer un nouveau fragment n’est qu’en apparence un argument pour supposer la dérivation de la Syllogé. Si ὅτι signale un découpage d’extraits de la source de Photios (et non de Photios lui-même) il est logique que les unités de l’eklogé commune se retrouvent aussi exactement dans la Syllogé. Chaque ὅτι signale en effet un nouveau segment, et suggère une ellipse par rapport à la source dont procède le texte. Cette conjonction est donc la preuve d’une sélection, mais la sélection peut être ancienne.

29  La sélection de la Syllogé (= Photios 450b12-454a32) est, en effet, beaucoup plus réduite que celle de Photios (441b15-460b20). Voir, par exemple, 449a-11-27 et le commentaire de Marcotte, 2001 : 424.

30  Voici quelques données chiffrées : nombre des chapitres d’Élien (NA) : 798 ; nombre des chapitres d’Elien utilisés (d’après l’index de Lambros) : 211 chapitres ; nombre de chapitres épitomisés (série I) : 111 ; nombre de chapitres extraits (série II) : 100.

31 Aeliana aut integra extant vel ut pusilla novata sint, aut in compendium coacta, dit-il (praef. IX). Il parle plus loin de duas Aeliani recensiones (Praef. XII).

32 hoc duplex excerptorum genus inde explicaverim, quod aetate Byzantinorum duae Aelianei de natura animalium operis editiones exstiterunt (praef. IX).

33 NA, 7.6, 7.15, 8,.5, 6.61 ; NA, 7.15 en particulier est utilisé à trois reprises.

34  B 94bis est sans doute une méprise sur NA, 10.10 (à sa place dans la séquence) concernant le régime littéralement «frugal» (mais très copieux) des éléphants : figues, raisins, oignons, aulx, (ainsi que du pain, du miel et des herbes). Le rédacteur de la série II n’a d’ailleurs pas identifié cette dérive et reproduit entièrement le texte en B 122.

35  Il s’agit du prétendu os cardiaque de l’éléphant qui dans le texte d’Élien est celui du cerf, commenté dans un chapitre sur le lièvre. Aristote ne prête un tel os qu’aux chevaux et aux boeufs (HA, 506 a 10 ; PA, 666 b 17-21 ; GA, 787 b 17-19), et aux mulets selon Aristophane (B 575).

36  Voir de Stefani, 1904 : 148.

37  C’est le terme employé par Genette (1982 : 271) pour cette réduction par suppression, quand elle n’est pas de grande ampleur (et qu’il baptise alors “amputation”).

38  Cette dernière, qui pourrait renvoyer aux livres perdus, ne vise peut-être pas l’Epitomé. On peut noter, au passage, la double construction du lemme, avec le génitif et ἐκ + génitif (voir supra)

39  Cf. HA, 596 b 20.

40  Le mot que nous traduisons par ensemble de l’œuvre (πραγματεία) est très riche : il s’agit à la fois du domaine d’investigation, de la masse d’informations et d’analyses contenue dans une œuvre, et du livre lui-même qui présente ces acquis.

41  L’objectif d’Aristophane est de faciliter doublement la lecture par une mise en ordre : de réunir en un texte des analyses qui sont dispersées dans l’original ; et de classer les données par animaux.

42  Un épitomé peut même réutiliser ouvertement une source à des fins personnelles. C’est le cas de l’Abrégé des Histoires philippiques de Trogue-Pompée qui s’ouvre par une préface dans laquelle Justin, son auteur, déclare avoir condensé les faits historiques en retenant ce qui lui semblait significatif et selon un projet distinct, idéologiquement, de celui de son modèle et que Franga (1988 : 869) résume ainsi : « le sens de l’évolution de l’histoire est le sens de l’affirmation universelle de Rome. De ce point de vue la démarche de l’auteur de l’Epitomé dépasse réellement le but affirmé par le titre ». Mais ce dépassement n’est pas exceptionnel, et l’on peut souscrire à l’opinion de Burnt (1980 : 487) relativisant cette déviance : « as by his account Trogus had done much the same, what Justin gives us is the epitome of an epitome. Epitomators in general seem to have aimed not at producing faithful resumés but at recording, sometimes at length, what they thought of most interest, and their principles of selection are at times impenetrable. They do not necessarily offer a faithful miniature of the original as a whole ».

43  Pour les segments 14 & 23 le texte d’Aristophane permet de restituer dans une lacune identifiée par les éditeurs, le mot κραμβίδες, par ailleurs absent du corpus d’Aristote ; plusieurs éditeurs (Schneider, Bussemaker, Pikkolos) avaient fait cette proposition, et nous reportons dans le texte d’Aristote la proposition de Bussemaker. Mais à la place de ἐκ δὲ τῶν πράσων on pourraît supposer ἐκ δὲ τῶν σίμβλων (voir segment 23).

44  Voir en particulier segment 25. On a même le sentiment, parfois, d’une copie mécanique, voir B 22 : ἔχει δὲ ἐν αὐτῇ, φησί, κοιλίας τρεῖς reproduisant HA, 496 a 19 : ἔχει δὲ κοιλίας τρεῖς ὥσπερ ερηται ; la reprise du « comme on l’a dit » en « dit-il » montre jusqu’où peut aller la technique de translation.

45  Lambros, pour une fois, ne propose aucun parallèle. Pourtant on trouve dans le cinquième livre de HA, outre celui que l'on propose, deux autres parallèles suggestifs (le second supposant une lecture très hâtive) : « les larves ne naissent pas au printemps mais à l’automne (ἐν τῷ μετοπώρῳ) » (HA, 555 a 9, à propos des frelons et des guêpes) : « Voilà donc le mode de génération des arthropodes (οὗτος ὁ τρόπος ἐστὶ τῆς γενέσεως). Leur mort survient lorsque leurs parties sont toutes recroquevillées comme il arrive aux animaux plus grands quand ils vieillissent. Chez les arthropodes ailés les ailes aussi se rétractent, à l’automne (περὶ τὸ μετόπωρον)» (HA, 553 a 12).

46  Pour le segment 27, voir B 120 qui reprend la donnée : πάντα τὰ ἔντομα καὶ πάντα τὰ κολεόπτερα ἐλαίου αὐτοῖς ἐπιχεομένου ἀποθνήσκει, ὅθεν καὶ τῇ μελίσσῃ πολέμιοι, ὥσπερ εἶπον, οἱ μεμυρισμένοι ; cf. Sextus Empiricus, HP 1.55 :  μύρον γοῦν ἀνθρώποις μὲν ἥδιστον φαίνεται, κανθάροις δὲ καὶ μελίσσαις δυσανάσχετον· καὶ τὸ ἔλαιον τοὺς μὲν ἀνθρώπους ὠφελεῖ, σφῆκας δὲ καὶ μελίσςας ἀναιρεῖ καταρραινόμενον. Sur le thème de l'antipathie animale, voir Zucker, 2011.

47  Le segment 27 est une banalité dont la source est sans doute ailleurs ; le segment 28 trouve un écho approximatif seulement dans un passage de Théophraste (CP 6.5.1) et paraît plus proche d’un passage d’Élien (NA, 5.11 ; voir 1.58) ; le troisième, qui porte sur l’hygiène des prêtres égyptiens a tout d’une glose, statut que l’on peut sans doute étendre aux deux autres.

48  Le segment 5 paraît, en revanche, une interpolation de copiste (Lambros, 1885 : 8)

49  Les Ζῳικά péripatéticiens (frg. 319-322 Rose), indûment identifiés à l 'Epitomé d'Aristophane (par Rose, 1863 ; Wellmann, 1891 ; de Stefani, 1904 ; Regenbogen, 1940), ont pu constituer die "erste Stufe einer Verarbeitung und Verkürzung des Materials" de HA (Hellmann, 2010 : 561).

50  voir Hellmann 2010.

51  Les données de ce type sont nombreuses (voir en particulier A 88-94, 98, 143, B 251 ; cf. Lambros, 1885 : XV).

52  Sur la richesse d'informations d'Aristophane, supérieure sur certains points à celle d'Aristote, voir dans ce numéro l'article de F. Berger.

53  Sur l'ouvrage en 7 livres Ἀνατομαί, d'origine ou d'inspiration aristotélicienne, voir Moraux, 1951 : 108 et Gigon, 1987 : 102.

54  Voir dans ce numéro l'article de Hellmann, qui repère ces marqueurs également dans le traité dérivé Sur la semence de l'homme.

55  L’incise φησι sert souvent à clarifier l’identité de l’énonciateur (Aristote), lorsqu’Aristophane emploie une première personne (A58, 56, 60, 81bis), une tournure prescriptive (A66, 68) ou évaluative (A35, 61, 79), ou semble introduire une citation (A88bis, 88bis). Mais elle ne reflète ni l’opération d’épitomisation, ni l’ordre hypertextuel, puisqu’elle ne coïncide ni avec des changements de séquences (i. e. de passage exploité dans l’hypotexte), ni avec des changements de section (i. e. de question ou de thème) dans le nouveau texte. L’apparition du nom d’Aristote ne correspond pas non plus à une situation diégétique ou logique particulière. L’analyse du relevé livre certains détails positifs sur le travail d’epitomator et la fabrication du texte. L’incise φησι n’est employée que dans la deuxième partie du livre A (sur la génération, A 27-97), qui correspond le mieux à ce qu’on attend d’un épitomé (reprise juxtalinéaire), et cela confirme le statut particulier de cet ensemble. Mais il apparaît en outre que la fin de ce chapitre (A 88-97) n’est pas homogène : outre la présence d’interpolations notables (A 88, 88bis, 94 et 98), il se caractérise par (a) l’emploi exceptionnel de termes exprimant une opinion et non un discours, et relevant de la doxographie (ἀρέσκει αὐτῷ, οἴεται) ; (b) l’usage doublé de οὕτως φησί pour introduire des propos absents du corpus ; (c) la coïncidence parfaite des marqueurs d’opinion avec des changements de sections.

56  Voir Hellmann, 2010 : 562 : « Ein weiteres Problem besteht nämlich darin, dass wir nicht sicher wissen, ob bzw. wie stark die Epitome des Aristophanes für die byzantinische Sammlung verkürzt oder umgearbeitet wurde ».

57  Si l’on considère que tout segment aristophanien a une source unique et que l’on sélectionne parmi les candidates celle qui est la plus semblable par la richesse d’informations et le style, on ne peut invoquer PA que pour quatre segments : B 208 < PA, 686 a 20 ; B 245 < PA, 688 a 4 ; B 476 < PA, 663 b 31 ; B 477 < PA, 663 b 12 (et peut-être B 451 < PA, 676 b 27).

58  Un seul paragraphe de ce chapitre peut dériver d’un autre traité (A 15 < PA, 690 b 10) mais dans cette partie il nous semble impossible de définir une filiation directe.

59  Fait exception la section (A 46-52) sur la durée de la gestation (qui emprunte à HA, VI) : elle est constituée d’une suite d’équations juxtaposées comme dans un répertoire.

60  Les planches anatomiques consultées peut-être par Aristophane étaient sans doute accompagnées de légendes, voire de commentaires, dont on ignore le détail. Apollonios (Mir. 39) cite une phrase qui pourrait être le titre d’une de ces planches : Ἀριστοτέλης ἐν ταῖς ἐκλογαῖς τῶν ἀνατομῶν φησιν· ὄφις ὤφθη ἐν Πάφῳ πόδας ἔχων δύο ὁμοίους χερσαίῳ κροκοδείλῳ. « Aristote dit dans sa sélection des planches anatomiques : « On a vu à Paphos un serpent qui avait deux pattes comme celles d’un crocodile terrestre ». Mais la planche avait-elle pour rôle de décrire les parties qu’elle montrait ?

61  L'école péripatéticienne a joué un rôle important dans le développement de formes éditoriales de type épitomé (voir Hellmann, 2010 : 556).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rursus.revues.org/docannexe/image/961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://rursus.revues.org/docannexe/image/961/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://rursus.revues.org/docannexe/image/961/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Représentation du traité d’Élien dans la Syllogé pour onze animaux (les chiffres correspondent au nombre de chapitres traitant de l'animal dans NA)
URL http://rursus.revues.org/docannexe/image/961/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Zucker, « Qu'est-ce qu'épitomiser ? Étude des pratiques dans la Syllogé zoologique byzantine », Rursus [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 30 avril 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://rursus.revues.org/961 ; DOI : 10.4000/rursus.961

Haut de page

Auteur

Arnaud Zucker

Professeur de langue et littérature grecques à l’université de Nice Sophia Antipolis, directeur-adjoint du CEPAM.
http://www.cepam.cnrs.fr
zucker@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org