Navigation – Plan du site

Présentation

Rursus-Spicae est une revue consacrée à la transmission des textes et des savoirs de l’Antiquité à la fin du Moyen-Âge. Elle est la fusion des revues Rursus et Spicae dont les objectifs scientifiques étaient similaires. Cette transmission peut concerner non seulement les textes grecs et latins, mais également hébraïques, syriaques et arabes qui ont nourri la culture médiévale et moderne. La revue publie des articles portant sur le prolongement, le réemploi et la compilation des savoirs, des thèmes et des textes d’auctoritates, sur un éventail temporel largement ouvert de l’Antiquité à la fin de la période médiévale. La revue propose des numéros thématiques portant en particulier sur la transmission des connaissances naturalistes, et publie des monographies sous forme de numéros spéciaux. Les anciens numéros de Spicae sont disponibles ici en pdf.

La revue numérique Rursus est consacrée à des études portant sur la récriture. Elle a été conçue par les chercheurs de langues anciennes de l’Université de Nice, réunis de 2003 à 2007 dans la jeune équipe LA.LI.A, et est depuis publiée par le CEPAM (UMR 7264). La littérature dite ‘au second degré’ n’est pas une zone érudite, marginale, voire décadente du champ littéraire, mais la clé même de ce champ, puisque le régime original et originel de l’écriture est le second degré. Cette conviction d’une nature foncièrement hypertextuelle de la création n’est pas un dogme mais une attention de fond aux facteurs de mutation, de détournement et de renouvellement de la tradition.

La revue Spicae. Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais, a été créée en 1977 par Jean Schneider et Monique Paulmier-Foucart pour publier les résultats des travaux de l’Atelier Vincent de Beauvais sur l’encyclopédisme médiéval. De 1978 à 1986 la revue a été publiée, à l’Université de Nancy avec la collaboration de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, sous forme papier. A partir de décembre 2011, la revue, accueillant aussi les travaux issus du programme SourcEncyMe (Sources des encyclopédies diévales) de corpus annoté des encyclopédies médiévales latines et d’autres contributions dans ce domaine, a repris sous forme de publication en ligne (sous l’ISSN 2257-6819 sur le site de l’Atelier Vincent de Beauvais) pour trois numéros avant de fusionner avec Rursus

Dernier numéro en ligne
10 | 2017
Traductions latines de textes grecs

Yves de Saint-Denis,Vita et passio sancti Dionysii, 1317 (BNF, Fr. 2090, fol. 12v)
Informations sur cette image
Crédits : BNF, Fr. 2090, fol. 12v

Une des voies essentielles de la construction de la culture latine, et la forme native de sa littérature, est la traduction et l’acclimatation d’originaux grecs. Depuis le 3e siècle et les transcriptions latines de Livius Andronicus, tant dans les genres poétiques que philosophiques, historiques ou scientifiques (comme pour les traductions en vogue des Phénomènes d’Aratos ou des Travaux et Jours d’Hésiode), de nombreux lettrés latins s’exercent ou s’adonnent à l’adaptation des maîtres grecs. Cette activité de formation personnelle, de reformulation linguistique et d’acclimatation culturelle, qui s’est ensuite opérée dans les deux sens, fut ininterrompue durant toute l’antiquité : les auteurs chrétiens ne furent pas en reste et les traductions latines de la Septante, ou de pères grecs (comme Origène, Grégoire de Nazianze, Basile, Jean Chrysostome, …) ont des serviteurs parfois célèbres (Rufin, Jérôme, …) et une diffusion considérable.

[Lire la suite]

  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org