Navigation – Plan du site

n°8 – Les épitomés scientifiques et historiques

Propositions à envoyer avant le 01/03/2011

Ce numéro a pour objectif d’offrir des études sur une forme littéraire mal définie et une production culturelle considérable nommée épitomé, une sorte de condensé ou de compendium, dont les littératures grecque et latine ont conservé de nombreux spécimens. Certaines œuvres, comme les Ethnika d’Etienne de Byzance ou les Catastérismes d’Eratosthène n’existent plus que dans ce format réduit ; d’autres sont conservés à la fois sous une forme longue et sous une forme abrégée (comme La composition des noms de Denys d’Halicarnasse, ou les Deipnosophistes d’Athénée). Il semble que l’épitomisation ait constitué, tout au long de l’histoire de la transmission du savoir, une formule éditoriale populaire et un mode de récriture économique et très répandu ; elle est une activité courante des philosophes mais aussi des médecins (comme Galien, et surtout Paul d’Egine et Oribase), d’historiens (comme Orose, Trogue-Pompée, Zonaras, etc.) et de géographes (et les FHG de Müller comportent de nombreuses références à ce type de textes). Certains, comme Agatharchide ou Oribase, produisent même deux versions de leur propre œuvre en composant une sorte de reader’s digest d’un ouvrage étendu.

Jugés secondaires ou mineurs, les épitomés scientifiques et historiques, auquel ce numéro se limitera, sont un filtre culturel important et les témoins d’une activité de lecture et d’écriture que l’on hésite souvent à reconnaître comme un genre, et dont les procédés, mal connus, sont révélateurs de la pratique littéraire antique.

  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org