Rursus http://rursus.revues.org La revue numérique Rursus, conçue par les chercheurs de langues anciennes de l’Université de Nice, est consacrée à des études portant sur la récriture. La littérature dite « au second degré » n’est pas une zone érudite, marginale, voire décadente du champ littéraire, mais la clé même de ce champ, puisque le régime original et originel de l’écriture est le second degré. Cette conviction d’une nature foncièrement hypertextuelle de la création n’est pas un dogme mais une attention de fond aux facteurs de mutation, de détournement et de renouvellement de la tradition. Périégèse et exégèse dans l’Ion d’Euripide : Les termes périégèse et exégèse sont des formes de discours auxquelles il est malaisé de trouver des équivalents contemporains. “Guide”, proposé pour la Périégèse de Pausanias par ses éditeurs italiens, D. Musti et M. Torelli, et “commentaire” ne correspondent pas aux pratiques narratives antiques auxquelles les termes périégèse et exégèse sont associés. L’analyse des mécanismes narratifs propres aux périégèses antiques permet de montrer l’entrelacement de ces notions et leur complémentarité autour de la catégorie de l’enargeia, qui « donne à voir » au public ce qu’il entend. La notion d’exégèse est ainsi enrichie par l’inclusion de procédés discursifs que la définition moderne du “commentaire” n’englobe pas, ce qui permet d’analyser d’une façon nouvelle l’intrigue de l’Ion d’Euripide et de rétablir son unité.

]]>
Charles Delattre http://rursus.revues.org/1180 2016-07-29
Éditorial Le commentaire est l’activité pédagogique par excellence, car il propose une médiation entre une œuvre dont l’accès plénier apparaît menacé par son obscurité, sa complexité, son éloignement… ou sa richesse même. Il est la consécration d’un ouvrage qu’une lecture immédiate ne peut épuiser et que les commentateurs déploient, ou investissent de significations cachées ou nouvelles, dans un travail d’acclimatation culturelle qui les revivifie — ou les dévoie.

Il va sans dire que ce macro-genre, abandonné à la pulsion herméneutique, qui traverse tous les genres et tous les formats (traités philosophiques, rhétoriques, littéraires, essais, manuels pédagogiques, etc.) constitue un des vecteurs clés de la récriture savante et de la transmission culturelle. Le mouvement qui lui donne naissance est le postulat que le texte cible —qui est parfois prétexte—, dont s’inspire le commentaire, excroissance parasitaire et exégèse enveloppante, constitue un document-iceberg dont la surface seule s’offr...

]]>
Arnaud Zucker http://rursus.revues.org/1264 2016-07-29
Les métamorphoses d’un commentaire : « Servius » et Virgile Dans le riche domaine des études virgiliennes de l’Antiquité, le commentaire de Servius (4e-5e siècles) a éclipsé les autres et fait autorité jusqu’à la Renaissance. Mais la vie interne de ce commentaire est plus complexe qu’il n’y paraît : elle s’étale sur une quinzaine de siècles, et a subi des altérations importantes. Le texte servien est ainsi le résultat d’une synthèse de quatre siècles de lectures virgiliennes, effectuée dans un contexte historique et pédagogique précis, propre à l’Antiquité tardive. Après Servius, le commentaire qui porte son nom reste un outil malléable, tantôt abrégé, tantôt enrichi selon les milieux intellectuels et les supports. Les enjeux pédagogiques ou idéologiques de ce commentaire ont donc une histoire, qui a provoqué, à plusieurs reprises, un reconditionnement formel remettant en cause son statut d’œuvre. Ce sera notre objectif de montrer comment la réception du texte, selon les époques et les milieux, a entraîné des modifications substantielles du ...

]]>
Daniel Vallat http://rursus.revues.org/1190 2016-07-29
Le lectorat de Donat, commentateur de Térence En partant d’une comparaison avec les commentaires de Claudius Donat à Virgile et de Cassiodore au Psautier, on tente de tracer le portrait du lecteur d’un commentaire antique suivi comme celui de Donat à Térence et l’on se demande quelles opérations complexes recouvre l’acte signifié par le verbe latin legere.

]]>
Bruno Bureau Christian Nicolas http://rursus.revues.org/1222 2016-07-29
Des Mégariques aux Ashʿarites : le commentaire d’Averroès à Métaph. Θ 3 Dans son commentaire à Métaphysique Θ 3, Averroès rapproche la conception mégariques de la puissance, présentée puis réfutée par Aristote, de celle des théologiens ashʿarites. L’examen de la traduction arabe de quelques lemmes du texte d’Aristote (1047a26-28) ainsi que de la reformulation, par Averroès, du troisième argument contre les Mégariques montre un déplacement de la problématique qui tient désormais compte de considérations théologiques : avec un Dieu dont l’omnipotence est capable de court-circuiter les puissances naturelles, la question du possesseur de la puissance vient se greffer sur celle de son existence.

]]>
Ziad Bou Akl http://rursus.revues.org/1235 2016-07-29
Exercices scolaires: un moyen de réfléchir sans émotion et sans danger. Les pratiques lettrées d’une civilisation reposent toujours, d’une façon ou d’une autre, sur le système scolaire de cette civilisation. Dans le système scolaire grec, adopté aussi par les Romains au moins à partir du IIe siècle av. J.-C., les exercices scolaires, visant un but utilitaire, c’est-à dire, surtout la préparation de futurs hommes forts du pouvoir politique, sont un outil précieux pour le grammatikos et pour le rhetōr, et pour leurs disciples en formation. Ces exercices ou progymnasmata, exactement comme d’autres pratiques telles que le commentaire, le discours d’apparat et nombre d’autres productions textuelles, reposent presque exclusivement sur l’interprétation métatextuelle de la tradition. Mon but dans ce travail est de montrer le passage de la démarche scolaire à l’expression de la pensée hors les murs de l’école. En effet, la référence, l’évocation et la paraphrase continuelles de cette tradition deviennent, à leur tour, un instrument très utile, puisque celui-ci p...

]]>
Francesca Mestre http://rursus.revues.org/1200 2016-07-29
Sélection, réécriture et interprétation d’expressions antiques dans les Adagiorum chiliades d’Érasme Si l’on observe la séquence d’« adages homériques » qui se trouve à la fin de la troisième chiliade, on constate que les adages y sont souvent d’un autre ordre que la plupart des adages du recueil. Ce qui est conçu comme adage par Érasme se trouve dans le commentaire, alors que l’élément typographiquement mis en relief comme adage n’en est pas véritablement un. Il fonctionne plutôt comme un titre qui est soit un adage fabriqué par Érasme à partir de la matière que lui fournit Homère, soit une simple petite remarque faite par l’humaniste. Ces adages-titres sont sans doute, avant tout, des repères pratiques, mais ils servent parfois également d’exemples d’exploitation d’œuvres antiques pour la création de la copia. Quant à cette séquence d’adages dans son ensemble, elle pourrait sans doute être considérée comme une forme de vulgarisation de la poésie homérique.

]]>
Lika Gordeziani http://rursus.revues.org/1245 2016-07-29
La catabase entre parenthèses : Tiberius Claudius Donat et le chant 6 de l’Énéide Dans son commentaire de l’Énéide, Tiberius Claudius Donat ne considère pas qu’il y a un sens caché à dévoiler dans le texte de Virgile. Dans la perspective rhétorique qui lui est propre, et au moyen du travail de reformulation, ce commentateur exprime au sens étymologique, « fait sortir » des choses que Virgile a formulées de manière admirablement condensée dans son texte ; il lui arrive ainsi souvent de s’éloigner de la lettre de ce texte, mais ce n’est pas dans une démarche explicitement allégorique ou dans l’idée que Virgile a ainsi masqué, par exemple, une philosophie. Dans ces conditions, on peut déjà se demander ce que ce commentateur a fait du chant 6 de l’Énéide. Et la question se pose de manière d’autant plus vive qu’à l’occasion, au nom de la cohérence du texte, Tiberius Claudius Donat semble prêt à mettre le passage sur les enfers entre parenthèses, à en faire abstraction. Dans le détail du commentaire du chant 6, cette indifférence ne se vérifie pas ; l’on y trouve plusi...

]]>
Séverine Clément-Tarantino http://rursus.revues.org/1212 2016-07-29
Die Textgeschichte der Historia Animalium des Aristoteles, Aristophanes von Byzanz und die zoologische Sylloge des Konstantinos Porphyrogennetos In dem Augenblick, in dem ein Autor sein Werk abschließt und es der Öffentlichkeit übergibt, löst es sich von ihm. Es wird von fremden Augen gelesen, wird annotiert, kommentiert, exzerpiert. Sein Inhalt taucht in neuen Zusammenhängen auf, wird falsch verstanden oder verfälscht, gekürzt oder ergänzt und endlich ediert. Es ist Aufgabe des Editors, die Geschichte des Textes zu verstehen. Er muss dabei die Primär- und Sekundärüberlieferung sowie die Wirkungsgeschichte des Textes berücksichtigen und wird durch seine Edition schließlich selbst Teil der Textgeschichte werden. Der Vorgang ist schon kompliziert, wenn es um die Textgestaltung eines Werkes geht, er wird komplizierter, wenn es sich wie bei dem uns interessierenden Gegenstand um mehrere Werke und Bearbeitungsphasen handelt. In der Mitte des 4. Jh. v. Chr. verfasste Aristoteles seine tierkundlichen Werke. Da diese nicht als Nachschlagewerk für einzelne Tiere gedacht waren, lag es nahe, auf ihrer Grundlage ein solches zu konzipier...

]]>
Friederike Berger http://rursus.revues.org/766 2013-11-27
n°12 – Parodies et pastiches antiques De la Batrachomyomachie à l’Apocoloquintose, des Grenouilles d’Aristophane aux Histoires Vraies de Lucien et au Satyricon, la littérature antique manifeste un goût prononcé pour ce type de récriture, et une pratique soutenue de ce jeu littéraire, fait de révérence et d’ironie, consistant à subvertir un texte dont la parodie ou le pastiche prouvent du même coup, en s’y attaquant, qu’il est assez central et commun dans la culture pour que l’on puisse, sans nécessairement le signaler, le détourner en son absence. Car ces œuvres réactives et innovantes, mimétiques et originales, engagent avec le lecteur un jeu à trois, où le texte modèle, cible et enjeu de l’échange, fonde une complicité culturelle. Et aucun registre ou genre (épopées, tragédies, romans, traités philosophiques ou historiques…) ne semble à l’abri de ce traitement humoristique, qui est aussi un traitement de faveur. La parodie (qui est entendue ici dans un sens large [Quintilien 6.3.97]), à partir de l’emploi d’Aristote p...

]]>
http://rursus.revues.org/1124 2013-04-19