Skip to navigation – Site map

Full text

1Le commentaire est l’activité pédagogique par excellence, car il propose une médiation entre une œuvre dont l’accès plénier apparaît menacé par son obscurité, sa complexité, son éloignement… ou sa richesse même. Il est la consécration d’un ouvrage qu’une lecture immédiate ne peut épuiser et que les commentateurs déploient, ou investissent de significations cachées ou nouvelles, dans un travail d’acclimatation culturelle qui les revivifie — ou les dévoie.

2Il va sans dire que ce macro-genre, abandonné à la pulsion herméneutique, qui traverse tous les genres et tous les formats (traités philosophiques, rhétoriques, littéraires, essais, manuels pédagogiques, etc.) constitue un des vecteurs clés de la récriture savante et de la transmission culturelle. Le mouvement qui lui donne naissance est le postulat que le texte cible —qui est parfois prétexte—, dont s’inspire le commentaire, excroissance parasitaire et exégèse enveloppante, constitue un document-iceberg dont la surface seule s’offre à la lecture et dont les ressources implicites ne sont perceptibles que par la maîtrise d’informations complémentaires, la connaissance de contextes particuliers à son expression, ou la conscience de niveaux de lecture multiples qui en appellent à la linguistique, à l’allégorie, à l’histoire.

3De la scholie anecdotique à l’exégèse intégrale, qui se fixe chaque mot comme point de mire de son inquisition, en passant par la reformulation paraphrastique, le commentaire constitue un des principaux types de récriture patrimoniale, de diffusion littéraire et de maturation intellectuelle. Portant toujours sur un implicite et déployant des suggestions, le commentaire est un instrument ambivalent de savoir et de pouvoir. Car s’il choisit de servir un texte en amplifiant son écho et en étendant sa lecture par une explicitation de ses significations et de ses vertus, il ne manque pas, aussi, de se servir du texte pour accomplir un programme dont un des enjeux, même lorsqu’il est anonyme, ou collectif, ou évolutif, est de faire œuvre à part.

4Les études rassemblées ici et qui “commentent” des productions diverses, d’Euripide à Erasme, en s’inscrivant inévitablement dans la perpétuation de ce travail, montrent la malléabilité du genre et la nécessité de ce détour et recours aux textes anciens pour réfléchir aux enjeux du développement culturel, ainsi que le caractère essentiellement secondaire et rémédiatisant de la pensée. Ce numéro réunit des articles dont une version orale a fait l’objet de communication lors du colloque international “Pragmatique du commentaire. Mondes anciens, mondes lointains” organisé du 30 septembre 2013 au 2 octobre 2013 à Paris par les responsables du séminaire "Antiquité au Présent" (J.-F. Cottier [Univ. Paris 7], E. Valette [Univ. Paris 7], C. Delattre [Univ. Paris-Ouest Nanterre]) ainsi que par S. Kefallonitis [Univ. St. Étienne] et M. Ribreau [Univ. Paris III]. Une autre partie des études présentées à cette occasion sera regroupée dans l’ouvrage publié par les organisateurs Pragmatique du commentaire. Mondes anciens, monde lointains, Turnhout, Brepols (Antiquité et Sciences humaines).

Top of page

References

Electronic reference

Arnaud Zucker, « Éditorial », Rursus [Online], 9 | 2016, Online since 29 July 2016, connection on 30 April 2017. URL : http://rursus.revues.org/1264

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org